MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER
COUV-287.jpg, mar. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°286 ( du 23 janvier au 26 février 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-286.jpg, janv. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°286 ( du 23 janvier au 26 février 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°28 ( du 12 décembre 2018 au 22 janvier 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-285.jpg, déc. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°28 ( du 12 décembre 2018 au 22 janvier 2019) À TÉLÉCHARGER...

MAIS VOUS ÊTES FOUS

Audrey DIWAN - France 2018 1h37mn - avec Pio Marmaï, Céline Salette, Nailia Harzoune, Maxence Tual, Valérie Donzelli, Carole Franck... Scénario d’Audrey Diwan et Marcia Romano.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MAIS VOUS ÊTES FOUSÇa commence comme si de rien n’était, le hasard d’une rencontre, une soirée entre amis qui s’est prolongée un peu trop tardivement, un petit coup de mou dans l’existence, un coup de cafard, ou de fatigue. Le premier pas est toujours le plus facile, le plus festif, celui qui ne fait pas peur, parce que l’on croit, à tort, que la maîtrise est là, solide comme un rempart. Romain est passé depuis longtemps de l’autre côté et il est maintenant bien installé dans une relation toxique avec son addiction. Elle est là, au quotidien, dans son ombre, le suivant pas à pas au travail, à la maison, en ville. Le jour elle l’accompagne et lui donne de l’énergie, la nuit elle le visite, sans prévenir, l’enfermant dans de terribles insomnies. Comme un vieille copine collante qui fait semblant de ne pas comprendre que sa présence est devenue pénible, elle s’accroche et s’obstine mais rien n’y fait : Romain ne peut plus se débarrasser d’elle.

Et puis un jour, c’est l’accident, sa plus jeune fille fait une crise d’épilepsie dont on met très vite en évidence la cause : un taux élevé de substances prohibées. Pour sa femme Camille, c’est un cataclysme, elle découvre que l’homme qu’elle aime, qu’elle croyait si bien connaître, avec lequel elle a construit sa vie lui a caché pendant des années sa dépendance. Pire que tout : sa conduite a mis leurs enfants en danger. Très vite, la procédure judiciaire se met en action, parce que des mineurs sont concernés et qu’ils doivent avant tout être protégés et Camille, elle-même, a peut-être une part de responsabilité… Qui peut jurer qu’elle n’est pas, elle aussi, une droguée ?
Séparée de son conjoint, puis de ses enfants, Camille va devoir faire face et comprendre comment ils ont pu en arriver là et surtout, comment elle a pu laisser son homme s’enfermer seul dans un mensonge qui a tout détruit à petit feu. Comment renouer le dialogue quand la confiance est brisée ? Comment apprendre à vivre sous le regard inquisiteur de la famille, des amis, de la société qui ont tôt fait d’enfermer Romain dans son statut de coupable ? Comment poursuivre une relation alors qu’une autre, l’addiction, s’est invitée dans leur couple, maîtresse indésirable dont les traces du passage ne peuvent s’effacer.

C’est sous cette angle du rapport amoureux malmené que l’addiction est ici traitée et ce premier film va essentiellement s’attacher à la relation entre Camille et Romain, l’épreuve endurée par chacun d’eux, seul avec sa peine, puis la délicate reconstruction d’un avenir commun. Sans jugement moral, sans fascination déplacée, Audrey Diwan filme l’addiction comme ce qu’elle est : un poison vicieux qui est, avant de devenir destructeur, un puissant exhausteur de plaisir, de puissance, de confiance et elle montre bien comment Romain, homme a priori brillant et bien installé dans sa vie, a pu y trouver un soutien pour surmonter ses failles, ses faiblesses, ses blessures. Alors qu’on l’a quitté il y a peu dans un registre comique (En liberté !), Pio Marmaï montre ici une autre facette de son talent, plus sombre, plus dramatique. Face à lui, Céline Salette, forte et délicate, passionnée et révoltée, incarne un magnifique personnage féminin, entre la glace et le feu.