MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

Couvre-feu : toutes les séances de 20h30 sont annulées, nous faisons en sorte que les séances de 18h30/45 vous laissent le temps de rentrer chez vous avant les 12 coups du couvre-feu à 21h (modification ou suppression des bandes-annonce, lancement des films sans retard). Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance (en cas d'oubli, vous aurez la possibilité d'acheter un masque jetable en caisse pour 50 cts). Le principe de distanciation un fauteuil sur deux est toujours en vigueur (les groupes peuvent se mettre côte à côte, en laissant un fauteuil de part et d’autre).

L’INFIRMIÈRE

Écrit et réalisé par Kôji FUKADA - Japon 2019 1h45mn VOSTF - avec Mariko Tsutsui, Mikako Ichikawa, Sosuke Ikematsu, Hisako Ookata...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’INFIRMIÈREÉtrange infirmière, troublante, trouble, à l’image d’un film qui a tôt fait de nous entraîner dans ses secrets et ses méandres. Kôji Fukada prend plaisir à déconstruire la narration, à jouer avec le spectateur comme un chat avec une souris. C’est tricoté de petites choses faussement anodines… Il faut donc s’accrocher au fil du récit, ne pas le lâcher comme au grimper de corde… Mais pas d’inquiétude, au moment où l’on se sent un peu perdu, une main vous sera tendue.
Le titre original japonais, « Profil », fournissait une piste, car tout se construit ici comme s’il était possible de voir simultanément les deux profils d’une même personne, le côté pile nébuleux et le côté face limpide, une face pure, une autre souillée, comme si les strates du temps n’existaient plus vraiment. Plus on avancera dans le récit, plus l’inaccessible protagoniste principale nous désarçonnera, toujours plus ambigüe avec ses airs de victime coupable, ses actes déstabilisants…

Ichiko est infirmière à domicile, un quotidien sans grande surprise, routinier, mais que visiblement elle aime. Enfin, ce qu’elle aime surtout, c’est le contact humain avec cette famille qui est sans doute devenue le centre de sa vie. Elle n’en dit rien, ça ne se fait pas. Que valent les mots dans un pays qui fait passer le devoir avant les sentiments ? Quand elle tente d’en prononcer, ils sortent si gauches qu’ils lui échappent et reflètent mal ce qu’elle ressent. Quand elle se hasardera à faire des confidences à l’adolescente de la maisonnée, elle se sentira décalée et bizarre et cela lui attirera une cascade d’ennuis inimaginables. Les comportements qui en découleront sembleront démesurés et quasi incompréhensibles pour notre œil occidental, mais ils reflèteront complètement l’ambiance et le harcèlement subi par le personnel soignant japonais, que certains verraient bien être remplacé systématiquement par des robots aseptisés. Même si le film a été tourné largement avant la pandémie, on pourra en dire que la réalité a fini par rattraper la fiction.
En attendant, dans les gestes très professionnels d’Ichiko, toujours discrète et attentive, transparait une infinie tendresse. La vieille grand-mère qu’elle soigne ne s’y trompe pas, même si ses traitements et/ou son vieil âge lui font perdre un peu la boule…

Mais tout cela, c’était avant… avant qu’une étrange disparition vienne briser ce semblant d’harmonie et de choses prédictibles qui orchestraient la vie de l’infirmière… Avant que les médias, le jugement d’autrui, ne plongent son avenir dans la plus grande incertitude…
À l’arrière-plan de L’Infirmière, se dessine en creux un portrait acéré de la société japonaise contemporaine. Tantôt glacée, souvent glaçante, assoiffée de pureté et de propreté, jusqu’à se déshumaniser. Tantôt un peu glauque, vampirisant une humanité qui ne parvient plus à exprimer la vérité de ses sentiments. L’Infirmière regarde son époque droit dans les yeux, sans commentaires. Le film ne rentre décidément pas dans la catégorie du cinéma social, ni dans aucune autre d’ailleurs, c’est là le pari réussi de Kôji Fukada (on se souvient de son Harmonium), qui se refuse à figer ses films dans un cadre préformaté, comme il le déclare si bien :
« Je suis intimement convaincu que l’histoire du cinéma est liée à la propagande, que les travaux en la matière des armées allemandes, japonaises ou américaines pendant les guerres du xxe siècle ont créé les principes dogmatiques du cinéma, là où je le conçois comme un art libre et non comme souvent, un média assez violent dans sa manière de diriger les réactions ou les sentiments du public. Il est du devoir des cinéastes de prendre leurs distances avec ça. »

Pour prolonger le film, on vous conseille de lire le dossier de presse, avec l’interview du réalisateur et un éclairage en tout point passionnant sur « être infirmière au Japon » (télécharger le dossier au format pdf).