MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA DU 3 NOVEMBRE AU 14 DÉCEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 3 NOVEMBRE AU 14 DÉCEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)...

LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)...

LES CHOSES HUMAINES

Yvan ATTAL - France 2021 2h18mn - avec Ben Attal, Suzanne Jouannet, Charlotte Gainsbourg, Mathieu Kassovitz, Pierre Arditi, Audrey Dana, Benjamin Lavernhe, Judith Chemla... Scénario de Yaël Langmann et Yvan Attal, d’après le roman de Karin Tuil (Ed Gallimard). Prix Interallié et Prix Goncourt des lycéens en 2019.

Du 01/12/21 au 21/12/21

LES CHOSES HUMAINESC’est l’histoire d’une machine infernale qui s’emballe, et elle s’emballe toujours quand dans ses rouages on trouve sexe, soif de puissance, médias et air du temps. C’est aussi l’histoire de deux mondes qui s’affrontent, deux univers parallèles qui d’habitude le restent et ne se croisent pas. Et lorsqu’ils le font, c’est souvent avec les codes de la domination. C’est aussi l’histoire de notre époque et de sa jeunesse.
Très fidèlement adapté du roman de Karin Tuil, Les Choses humaines est une entreprise ambitieuse et même assez audacieuse car elle embrasse sans manichéisme ni angélisme quelques-uns des questionnements qui enflamment régulièrement les débats : rapports de classes et domination sociale, violences faites aux femme et culture du viol, consentement, engagements féministes… Le scénario, habile, se révèle suffisamment bien construit pour donner aux comédiens principaux des rôles forts mais laisse aussi une place très équilibrée à tous les seconds rôles : Mathieu Kassovitz, touchant dans le rôle du père tiraillé entre deux camps, Benjamin Laverhne, excellent en avocat commis d’office, et Judith Chemla, percutante elle aussi dans sa brillante tirade pour porter la voix de la victime.
Si le film peut parfois mettre mal à l’aise et interpeller, c’est qu’il se refuse à toute analyse simpliste, préférant aux postures dogmatiques (qu’il pointe aussi) une approche plus complexe qui ne se contente pas d’aborder le sujet sous l’angle de la moralité ou d’une seule vérité. Les points de vue, les ressentis, l’époque, les normes sociales, les codes de classes et de communautés de même que la psychologie sont autant d’ingrédients qui alimentent la réflexion. Rythmé comme un thriller et construit comme un film classique « de procès », c’est une vraie réussite.

Bien que séparé, le couple Farel demeure toujours étincelant. Lui, Jean (Kassovitz), est un journaliste politique ultra-présent sur les plateaux télé, sa devise pourrait-être « Tout contrôler, ne rien lâcher ». Jean est un homme à femmes, un homme de pouvoir, un homme de réseaux. C’est aussi un homme vieillissant qui s’accroche. Son ex – femme, Claire (Charlotte Gainsbourg), est une brillante essayiste connue pour ses engagements féministes forts, la parfaite figure de l’intello de gauche que les radios adorent inviter. Ils ont un fils, Alexandre (Ben Attal), qui étudie dans une grande université californienne. Alexandre est le parfait produit de la reproduction sociale : il a grandi dans un milieu aisé, a fréquenté les meilleures écoles, il est cultivé, érudit et porte l’arrogance faussement innocente des jeunes gens de sa caste.
Lors d’un rapide passage à Paris, Alexandre rencontre Mila (Suzanne Jouannet), la fille du nouveau compagnon de sa mère, avec qui il se rend à une soirée. Mila est plus jeune que lui, elle vient d’un milieu plus modeste, loin du Paris branché, cultivé, politique, mondain. Le lendemain, Mila dépose plainte contre Alexandre pour viol. Qui détient la vérité ? Où se cache-t-elle ? Dans le « non » que Mia n’a peut-être pas prononcé mais que son corps a hurlé ? Dans le « oui » qu’Alexandre a cru comprendre ? Dans le déni de l’un ? Dans la souffrance de l’autre ?