MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA DU 3 NOVEMBRE AU 14 DÉCEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 3 NOVEMBRE AU 14 DÉCEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)...

LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)...

AMANTS

Nicole GARCIA - France 2020 1h42mn - avec Pierre Niney, Stacy Martin, Benoît Magimel, Grégoire Colin, Roxane Duran... Scénario de Nicole Garcia et Jacques Fieschi.

Du 17/11/21 au 14/12/21

AMANTSAvec le classicisme élégant qui est sa marque de fabrique depuis ses premiers pas derrière la caméra, Nicole Garcia prend à bras le corps l’archétype du triangle amoureux, aux fondements du film noir, et retrouve la beauté vénéneuse qui faisait déjà le charme de Place Vendôme. La femme amoureuse et fragile, le pauvre amant égaré, le riche mari trompé, la confusion des sentiments, la manipulation qui n’est pas forcément celle qu’on croit… On pensait en avoir fait le tour, on est épaté par la capacité de la cinéaste à renouveler le genre – et surtout à offrir à ses trois comédiens principaux un cadre de jeu magnifique pour interpréter leur partition. Outre Stacy Martin qui porte avec justesse l’essentiel de la fragilité du film, on est conquis par les compositions de Pierre Niney et Benoît Magimel (à l’affiche de pas mal de films ces temps-ci), qui déploient une subtilité et une diversité de jeu remarquables. Fabien Lemercier a parfaitement décrit (sur le site Cineuropa.org) tout le bien qu’on pense de ces Amants-là. On n’en change pas une ligne.

« “C’est ton corps qui passe par-dessus ta tête”. Mettez le mot “cœur” à la place de “corps” et ces paroles fébriles d’encouragement à un personnage en pleine overdose vous donneront un aperçu assez précis du nœud de l’intrigue empreinte de passion tragique développée par Nicole Garcia dans un film noir remarquablement maîtrisé. Car c’est bien du feu des sentiments, des conflits intérieurs et de la mise en danger sous la glace des mensonges, des mystères et des tentations du monde de l’argent et du luxe dont il est ici question, dans l’enchevêtrement de trois trajectoires.
« Structuré en trois chapitres (Paris, L’Océan indien, Genève), le redoutable récit tissé par Nicole Garcia et son coscénariste Jacques Fieschi prend ses racines dans le quotidien très contrasté d’un jeune couple. Lisa et Simon s’aiment, mais les activités de dealer des beaux quartiers du second inquiètent la jeune femme, élève dans une école hôtelière. Et effectivement, la fatalité qui rôde frappe et Simon disparaît, abandonnant Lisa. Détruite, celle-ci dérive jusqu’à accepter un job au vestiaire d’un night-club où surgit un jour, dans la pénombre, un homme qui l’a remarquée… Une ellipse de trois années plus tard, de passage au soleil de l’île Maurice, on retrouve Lisa, mariée à l’opaque Léo Redler, un quadragénaire très riche et spécialiste en assurances. Mais Simon réapparaît, et avec lui une spirale d’émotions, de questionnements, de duperies, de doutes, de choix et de périls…
« Se confrontant pour la première fois frontalement au genre du film noir (qu’elle avait parfois abordé par petites touches dans ses œuvres précédentes), Nicole Garcia réussit à y injecter son habileté à travailler sur l’intériorité des personnages. Un tableau sombre sur la passion, le vide, la liberté et la quête de l’identité doublé d’un miroir sur le fossé des classes sociales et l’état du monde contemporain, qui lui ouvre toute la palette du chaud et du froid, du suspense et des non-dits, de l’action et de l’attente, avec une très grande maîtrise formelle sertie dans la superbe photographie de Christophe Beaucarne et dans des décors hautement suggestifs. Élégant et intense, Amants, que l’on pourrait qualifier de classique moderne, décline avec art, à l’image de l’estampe La vague de Hokusai (que l’on aperçoit dans le film), le terrible équilibre entre une menace vertigineuse et des humains ballottés par la violence des flots. Une très belle harmonie entre le thriller et la veine d’auteur psychologique qui marque une œuvre de maturité et de plénitude pour la réalisatrice ». (F. Lemerciercineuropa.org)