MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

L’ANNÉE DU REQUIN

Écrit et réalisé par Ludovic et Zoran BOUKHERMA - France 2022 1h27mn - avec Marina Fois, Kad Merad, Jean-Pascal Zadi, Christine Gautier...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ANNÉE DU REQUINC’est le début de de la saison estivale à La Pointe, petite station balnéaire des Landes avec sa plage, son camping, son aquapark et sa brigade de la gendarmerie nationale qui, comme d’habitude, n’est pas franchement débordée par la grande délinquance ou les faits divers sortant de l’ordinaire. Ici cohabitent somme toute paisiblement l’autochtone et le touriste venu des contrées exotiques du Nord de la Loire. Pour l’un comme pour l’autre, l’aspiration première est d’affronter en douceur la moiteur de l’après-midi, les fesses bien ancrées dans le sable chaud, à regarder les vagues. Oui mais voilà, cette année, un élément va perturber la tranquillité de la bourgade. Les forces de l’ordre sont sur le pied de guerre, il faut alerter les habitants, boucler la plage, interdire la baignade, au grand dam des commerçants locaux et des estivants empêchés, une fois de plus, de profiter pleinement – et selon leurs intérêts respectifs – des vacances. Oui, parce que cette année, c’est l’année du requin !
Les forces de l’ordre en question sont menées par Maja Bordenave (excellente Marina Foïs) qui semble littéralement faire corps avec son uniforme de gendarme. Maja est sur le point de devoir prendre sa retraite anticipée. D’ailleurs son mari, Thierry (Kad Merad tout en décontraction et chemises à fleurs), a déjà tout prévu : le mobil-home est prêt dans le camping voisin, de quoi condamner son épouse aux vacances à perpétuité. Cette perspective terrifie Maja, femme d’action dévouée corps et âme à sa mission. Alors, avant de raccrocher définitivement le képi, elle va mettre un point d’honneur à mener à bien sa dernière affaire. Et quelle affaire ! La disparition d’un vacancier fait courir une invraisemblable rumeur : un requin tueur rôderait dans la baie. Épaulée par deux jeunes collègues, Maja se met en tête d’affronter le monstre des mers.

Aux manettes de cette comédie mordante, on retrouve Ludovic et Zoran Boukherma, frères jumeaux originaires de Marmande qui continuent d’explorer le bestaire des monstres de cinéma. Après Teddy, leur film de loup-garou sorti l’an dernier, ils s’attaquent cette année au film de requin avec en guise de référence indépassable Les Dents de la mer, le cultissime film de Steven Spielberg. Plutôt hommage décalé que remake, L’Année du requin reprend les codes gravés dans le marbre en 1975 par Spielberg, le tout à la sauce landaise : le film a été tourné non loin de Biscarrosse, en partie avec des acteurs non professionnels et « avé l’accent » ! Le film esquisse avec humour toute une galerie de personnages archétypaux, du maire déconnecté de ses concitoyens au gérant de parc de loisirs allergique aux touristes parisiens, en passant par le vacancier gaulois réfractaire aux injonctions d’une gendarmerie un peu Pieds nickelés. L’Année du requin est un film littéralement coupé en deux, entre franche comédie et thriller prenant. Avec son second degré omniprésent, le film ne plonge jamais dans l’horreur. Dans Teddy, le précédent opus des frères Boukherma, on retrouvait déjà le pitch de L’Année du requin. Qui sait, peut-être que des indices de leur prochain film de monstre se cachent dans celui-ci. Les paris sont ouverts pour l’année prochaine.
Quoi qu’il en soit, cet été, si vous êtes en mal de sensations fortes, que vous recherchez beaucoup de rires et un peu de frissons, venez prendre vos vacances à La Pointe, venez savourer (en famille éventuellement, le film est pour tous publics) L’Année du requin bien au frais dans nos salles.