LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

DERNIER NOËL AVANT LA FIN D’UN MONDE
Le croiriez-vous ? La bonne nouvelle – car il y en a une – est arrivée le 9 novembre dernier du Conseil d’État, qui a annulé le décret de dissolution du mouvement des Soulèvements de la terre. Pris en Conseil des ministres fin juin, le décret suivait de peu la tentative de requalification – ou ...

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Justine Triet parle d’or
Il aura donc suffi de quelques mots, à peine, pour que la Ministre de la Culture, celui de l’Industrie, quelques maires et députés de la majorité, volent dans les plumes et la palme de Justine Triet, réalisatrice couronnée d’Anatomie d’une chute, sermonnant en substance : « ce n’est pas bi...

Soutenez Utopia Palmer

Projection unique le lundi 15 juillet à 14h, suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Shu Aiello. Rencontre animée par Jonathan Alory.

UN PAESE DI CALABRIA

Shu AIELLO et Catherine CATELLA - Italie/France 2016 1h34 VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

UN PAESE DI CALABRIAC’est une bouffée d’espoir, un souffle d’optimisme qui nous arrivent de Calabre, cette pointe de la botte italienne, pas touristique pour une lire, contrairement à la Sicile toute proche. Plus précisément d’un petit village, Riace. Un village frappé, comme beaucoup d’autres dans le coin, par un exode rural qui ne date pas d’hier, dans cette région agricole et pauvre qui fut longtemps une très importante terre d’émigration, grossissant une diaspora calabraise particulièrement nombreuse en France, mais surtout aux États-Unis – au point que les Calabrais sont plus nombreux hors d’Italie que dans leur région d’origine.
À Riace, il s’est passé à la fin des années 1990 quelque chose d’improbable qui a inversé la tendance : un premier arrivage de 200 Kurdes sur les côtes, à quelques kilomètres du village. Et au lieu du rejet, ou de la simple compassion, l’idée de génie des habitants et de l’incroyable maire, Domenico Lucano : considérer les nouveaux arrivants comme une véritable chance pour le village et leur proposer de s’installer tous en réhabilitant les maisons abandonnées. Un coup de jeune salutaire pour la petite communauté, à l’époque largement composée de retraités ! Pas loin de vingt ans plus tard, Riace est devenu un exemple mondial d’accueil intelligent des migrants, qui ont grandement contribué à faire renaître un village dans une société recomposée, respectueuse autant des traditions que des cultures des nouveaux arrivants…

Les deux réalisatrices se sont immergées au cœur de cette passionnante expérience, elles superposent aux images d’aujourd’hui le récit en voix off de la grand-mère de l’une d’elles, partie de Calabre dans les années 1930 pour rejoindre le Sud de la France, rappelant intelligemment qu’autrefois les immigrés c’étaient eux, ces Italiens qui sont aujourd’hui confrontés à l’arrivée massive des migrants…

Le maire de Riace, Domenico Lucano, bête noire du ministre de l’intérieur d’extrême-droite Matteo Salvini, a été arrêté en octobre pour, entre autres, « aide à l’immigraton clandestine ». Il a été forcé à l’exil et interdit de séjour dans son propre village par la justice italienne.