LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

RASHOMON

Akira KUROSAWA - Japon 1951 1h24 VOSTF - avec Toshiro Mifune, Machilo Kyo, Masayuki Mori, Takashi Shimura, Minoru Chiaki... Scénario d’Akira Kurosawa et Shinobu Hashimoto, d’après deux nouvelles de Ryunosuke Akutagawa. Lion d’or, Festival de Venise 1951, Oscar 1952 du Meilleur film étranger.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

RASHOMON« La caméra est placée dans la conscience même des protagonistes… Rashomon est un véritable “thriller” de la vérité, une vérité toujours fluctuante. » Aldo Tassone, Akira Kurosawa, 1983

Rashômon n’est pas l’œuvre d’un débutant, loin s’en faut. En 1951, Akira Kurosawa a déjà onze réalisations à son actif, dont quelques réussites majeures – on ne citera que L’Ange ivre en 1948 et Chien enragé en 1949. Mais c’est avec ce « Jidai Geki » (film d’époque se déroulant avant l’ère Meiji, autrement dit avant le milieu du xixe siècle, début d’une politique de modernisation du Japon) que le réalisateur a été mondialement reconnu. On peut même dire que c’est avec Rashômon que le cinéma japonais tout entier a enfin acquis une audience internationale.
Film historique donc, qui ne relève cependant pas des fresques épiques du cinéaste, mais qui s’inscrit plutôt dans sa veine intimiste.
Sous le portique d’un vieux temple en ruines, aux portes de la ville de Kyoto, trois hommes s’abritent de la pluie. Nous sommes au viiie siècle, les guerres et la famine font rage. Pourtant un jeune moine et un vieux bûcheron sont plus terrifiés encore par le procès auquel ils viennent d’assister. « Ma foi en l’homme en est ébranlée » dit le moine.
Ils sont si troublés qu’ils vont obliger le troisième voyageur à écouter le récit de ce procès : celui d’un bandit célèbre, accusé d’avoir violé une jeune femme et tué son mari. Le drame a eu lieu dans dans cette même forêt, à l’orée de laquelle s’élève le portique de Rashomon…
Dans la clairière ensoleillée, quatre fois le drame va se jouer. Selon les quatre versions qu’en ont données le bandit, la femme, le mari mort (qui parle par la bouche d’une sorcière) et le bûcheron, témoin du drame. Kurosawa alterne, avec une maîtrise admirable, les gros plans des visages et les plongées ou contre-plongées dans les arbres. À la fois il fouille les âmes et réintègre les humains dans la nature…
Chacun sa vérité, à la manière de Pirandello ? Pas tout à fait, car la vérité, ici, on la devine. Deux des quatre récits se recoupent. Les mensonges de chacun ne sont pas motivés par le désir d’échapper à la justice, ils naissent plutôt du refus de s’accepter soi-même, avec ses lâchetés et ses petitesses. Et aussi, chez la femme surtout, d’un désir inavoué, plus ou moins conscient, d’auto-punition.
Voyage pénétrant au cœur de l’âme humaine, en laquelle Kurosawa affirme sa foi envers et contre tout, Rashômon est aussi un spectacle splendide. Comme qui dirait un chef-d’œuvre…

Pour les cinéphiles amateurs de chiffres, on signalera que Rashômon est le cinquième film consécutif que Kurosawa a tourné avec son acteur fétiche Toshiro Mifune. Les deux inséparables auront collaboré 17 fois, de L’Ange ivre en 1948 au sublime Barberousse en 1965.