LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

MAMMA ROMA

Écrit et réalisé par Pier Paolo PASOLINI - Italie 1962 1h46mn VOSTF - avec Anna Magnani, Ettore Garofolo, Franco Citti, Silvana Corsini... COPIE NUMÉRIQUE, VERSION RESTAURÉE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MAMMA ROMAMamma Roma, c'est la Magnani, sublime, pathétique et merveilleusement dirigée. La Magnani, prostituée vieillissante et fatiguée, fait le tapin dans les faubourgs de Rome. Son souteneur a la bonne idée de se marier un beau jour, et elle croit pouvoir enfin vivre libre : travailler comme marchande des quatre saisons et reprendre son fils Ettore, placé en nourrice à la campagne. Mamma Roma veut en faire « quelqu'un », de ce fils qu'elle ne connaît plus. Un rêve qui la vengerait de toute cette crasse dans laquelle elle a toujours vécu. Alors elle le bichonne, l'entoure, le surveille comme le lait sur le feu, lui fait un nid douillet dans son petit appartement HLM... Mais Ettore ne veut pas de cette vie-là. Il a trop goûté à la pseudo-liberté de son existence de petit voyou, il semble condamné à s'écarter sans cesse du droit chemin tracé par sa mère...

Mamma Roma est une admirable et terrible histoire d'amour. C'est un film de hantise, de fièvre, de tragédie et de rage. Une histoire où les héros sont piégés par leur condition, piégés à la folie, à en mourir. C'est généreux, c'est bouleversant d'humanité, c'est triste et c'est drôle. Anna Magnani règne sur ce royaume des gueux, mère et putain, généreuse et exclusive, déchirée par son amour maternel et l'injustice du monde selon Pasolini...
Deux airs envoûtants parcourent Mamma Roma du début à la fin : le concerto en ré mineur de Vivaldi, œuvre de musique savante, tandis que Violino tsigano est une ritournelle populaire. Ce pseudo tango qui berça la rencontre de Carmine et de Mamma Roma est comme une image du père inconnu pour Ettore et la mémoire d’un temps heureux mais éphémère pour Mamma Roma.