LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Voici donc la liste des nouveautés au « ciné-déconfiné »
Nous avons travaillé avec cœur et ardeur (vous nous connaissez) pour que la reprise se passe dans les meilleures conditions sanitaires pour le public et l’équipe, sans stress excessif ni désinvolture déplacée. • Il y aura un décalage important entre chaque séance et chacune des salles pour que vo...

Collectif 23h59
Madame la Maire,Tout vient à point à qui sait attendre, car il aura fallu une année : le Collectif 23h59 (en passe de se transformer en association s’assignant pour mission de veiller à la bonne santé du quartier de la Manutention) a pu constater que la Ville a su répondre avec profit aux criti...

Le Café Citoyen
Le Café Citoyen a poursuivi ses activités pendant le confinement et a repris ses soirées, les lundis soirs, à partir de 18h30, tous les 15 jours. Nous nous retrouvons pour échanger, réfléchir ensemble, et faire du concret (envisager des actions communes). Nous débattons de tous sujets...

Que les spectacles recommencent ! Et on ouvre les portes !
Le Théâtre du Chêne Noir a hâte de vous retrouver en septembre pour une nouvelle saison foisonnante, riche en théâtre, musique, conférences et humour, avec Eric-Emmanuel Schmitt, Denis Lavant, Patrick Timsit Alain Manoukian, Pierre Notte, Swann Arlaud, Maxime d’Aboville, Luc Ferry, Naïm, Rémi Charma...

123 Soleil
Nous sommes toutes et tous très heureux de vous retrouver après cette période de confinement. Nous en avons profité pour mettre à disposition tous nos films sur le site helloasso.com en offrant les contributions à l’association Rosmerta. Bilan de l’opération : 2700 € ! Un formidable s...

Également au programme - PARCOURS DE L'ART

Lundi 21 octobre à 20h30, la séance sera suivie d’une rencontre avec Caroline San Martin, enseignante en cinéma à l’Université Paul Valéry de Montpellier, scénariste et rédactrice en chef de la revue Lignes de fuite (www.lignes-de-fuite.net)
Pour ce film séances supplémentaires le vendredi 25/10 à 17h50 et le mardi 29/10 à 16h15

FIFI HURLE DE JOIE

Mitra FARAHANI USA (mais parlé en Farsi) 2012

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

Plus une œuvre est forte, plus elle nous lance sur des pistes qui semblent nous éloigner d’elle. Fifi hurle de joie, de Mitra Farahani, en est un bon exemple. Ce documentaire est consacré au peintre iranien exilé Bahman Mohassess, que la réalisatrice retrouve à Rome en 2010 et dont elle filme, sans avoir prémédité ce moment, la mort en direct. Cet instant n’occulte pas le reste du film, mais il nous sidère et nous retient à lui seul. D’une intensité sans équivalent, il est en effet rare au cinéma, où les morts sont aussi diverses qu’innombrables.
Morts de fiction, pour ainsi dire acceptables, ou morts réelles du documentaire, autrement angoissantes, qui montrent le plus souvent une longue agonie (films de maladie) ou des cadavres (films historiques). Plus rares sont les films qui montrent l’instant même du trépas, que la peinture et à sa suite la photographie pétrifient, immortalisent pour ainsi dire.
Or, cette vie, que fut-elle ? Tourné dans une chambre d’hôtel romain où le peintre, en mauvaise santé, vit en reclus depuis trente ans, ce film nous en donne une certaine idée. Celle d’un érudit cosmopolite doublé d’un imprécateur ironique, inventeur de monstres sans nom broyés dans le cauchemar de l’Histoire, grand nom de la peinture moderne iranienne dans les années 1950-1960, tombé dans l’oubli avec l’avènement de la République islamique, qui, déjà, commence à détruire ses œuvres. Véritable work in progress, le tournage de Mitra Farahani suscite la curiosité de deux collectionneurs fous de Mohassess, qui sont bientôt inclus dans le film et passent commande au maître d’une ultime toile de grande dimension.
C’est en entamant ce travail, qu’il doutait de pouvoir finir, que Mohassess défaille.
D’après Jacques Mandelbaum (Le Monde)