Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

Le festival Play it again revient pour sa 3e édition : 7 rééditions en copies numérique restaurées • Tarif unique : 4 euros par film.

LA FERME DES ANIMAUX

John HALAS et Joy BACHELOR - film d'animation GB 1954 1h13mn VF - Pour les enfants à partir de 7 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA FERME DES ANIMAUXUn film d’animation rare, superbe et passionnant. Chacun y trouvera son compte, même les grands : c’est original, c’est drôle, c’est très bien fichu et c’est d’une intelligence réjouissante...
Pas étonnant que ce soit brillant, puisque c’est adapté d’une fable de George Orwell, celui de 1984. Il écrivit La Ferme des animaux en 1945, cinq ans avant sa mort, et il y dénonçait avec sa verve coutumière les horreurs du totalitarisme. Autant dire que le sujet est plus brûlant que jamais, et traîté de ma- nière très originale et captivante.

Révolution au cœur de la paisible campagne anglaise : les ani- maux d’une ferme se révoltent, se liguent et expulsent sans ménagement Mister Jones, le paysan qui les exploite depuis trop longtemps. Pendant que le hobereau piteux se réfugie au village, une nouvelle société s’organise à la ferme, selon des règles révolutionnaires, pas forcément faciles à définir... Serait-ce l’espoir enfin exaucé du meilleur des mondes ? Hélas non ! Très vite, trop vite, une nouvelle race d’exploi- teurs se fait jour. Les cochons prennent le pouvoir, dirigés par le plus tyrannique, le plus cruel d’entre eux : Napoléon dans le livre et la version originale du film, qui devient César dans la version française. Où va se nicher le chauvinisme...

Les nouveaux maîtres imposent leur loi, un des articles du règlement est modifié. Le texte, idéaliste et généreux, disait : « Aucun animal ne tuera un autre animal ». On ajoute : « sauf cas d’exception »... Trois petits mots de rien du tout, trois pe- tits mots qui changent tout. A partir de ce funeste jour, c’est l’arbitraire qui règnera sur la ferme, l’utopie a fait long feu...
Ce film épatant a été réalisé en 1954. A sa sortie en Angleterre, il a fait un tabac, a été couronné meilleur film de l’année par la critique. Il a gardé toute sa force et tout son charme !