Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

ÉTÉ 93

Écrit et réalisé par Carla SIMON - Espagne 2016 1h34 VOSTF - avec Laia Artigas, Paula Robles, Bruna Cusí, David Verdaguer, Fermi Reixacha...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ÉTÉ 93Frida, c'est une petite bouille ronde et grave sous une tignasse toute bouclée. Une de ces petites figures craquantes du grand écran dont on se souvient longtemps. Pour Frida, cet été-là va devenir un nouveau commencement, mais aussi la fin de quelque chose…
Il fait beau. Elle part rejoindre son oncle Esteve et sa tante Marga dans un coin de campagne luxuriant, où le soleil planqué derrière les montagnes tarde à pointer son nez le matin et s'enfuit trop tôt le soir. La luminosité y est d'autant plus belle, plus feutrée, et la nature moins cramoisie qu'en d'autres coins d'Espagne… Il fait chaud le jour mais on devine des nuits fraîches dans la région de Garrotxa où on l'emmène. Les gens y sont à l'image du paysage avec leur accent semi heurté, semi chantant : ici on parle catalan.



Pour notre petite citadine élevée au fumet âcre des gaz d'échappement de Barcelone, cela pourrait s'apparenter au bonheur. Du moins quelque chose qui y ressemble, qui donne envie de gambader, de rire, de jouer, de participer à toute cette vie qui grouille autour.
Mais cet été-là, quelque chose lui manque. Ou plutôt quelqu'un. Elle ne réalise pas complètement. Tout est allé si vite… C'est d'autant moins simple à comprendre qu'elle n'échappe pas à cette règle qui veut qu'on édulcore ou taise certaines choses aux enfants pour les protéger, les préserver des maladies cruelles et de leurs conséquences. On leur parle du ciel, des étoiles. Sans doute y en a-t-il une pour Frida, unique, qui l'observe, qui l'observera toujours, qui brillera toujours plus pour elle. Et puis le bon dieu veille, il sera toujours là… Enfin, ça c'est ce que dit sa grand-mère si raide et invasive avec ses prières. Mais pour Frida, tout cela est si haut, si loin… Que sont tous ces cartons dans lequel on emballe les affaires de sa mère ? Elle regarde ailleurs, essaie de penser à autre chose : il fait si beau dehors… On lui parle aussi de la mort… Mais à six ans que connait-on de la mort ?
Plus tard elle n'en fera pas un livre, elle en fera un film qui s'appellera Été 93. Au lieu d'y raconter frontalement la perte, elle y parlera de l'enfance, de la reconstruction, de l'envie de vivre, de survivre. Tout y résonnera juste, à commencer par les deux petites actrices merveilleusement spontanées et comme dirigées par une main invisible. Leurs joies graves, leurs explosions de gaieté ou de colère, l'ambiguïté de leurs sentiments. Loin d'en faire une description linéaire, elle procèdera à pas retenus, par touches délicates mais explicites, comme le font nos souvenirs, certains rêves phares qui ne s'effacent jamais complètement de nos mémoires et remontent parfois à la surface sans crier gare. Les détails s'estompent peu à peu pour ne laisser la place qu'à l'essentiel, une lucidité qui fait mal.

C'est une chouette famille qui entoure Frida. C'est beau de voir comment chacun s'empare de la situation, sans que personne n'ait été préparé à cette profonde révolution où chacun devra changer de posture. La mignonne cousine trop choupinette devant endosser le rôle d'une petite sœur, l'oncle celui de père, la tante celui de nouvelle mère… De fait, seuls les grands parents restent ceux de tout le monde, ou plutôt d'un autre monde : bourgeois, aux préjugés réactionnaires, confits de bondieuserie, mais braves tout de même, malgré leurs maladresses. Tout cela n'ira pas sans quelques vagues… Le temps de s'apprivoiser.
En attendant, Frida, dans sa nuisette toute neuve, si petite dans la nuit noire, courageusement armée d'une simple lampe torche, continuera à aller chercher dans les bruissements des arbres une voix familière qui semble s'être évanouie dans les ténèbres…