Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

LES LUMIÈRES DANS LA VILLE SUIT SON COURS(-MÉTRAGES) !
Pour reprendre un peu l’historique, Les Lumières de la ville, le projet initié par l’association 100 pour 1, Les Ateliers du court-métrage, le Collectif Inouï, Cinambule et Utopia suit son cours… L’idée du projet est de créer des filmsen une journée avec 6 jeunes contactés par l’association 10...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue, collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas.
Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint- Ouen l’Aumône. Chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, vous l’avez peutêtre croisé à La Manutention en compagnie de Siné ou récemment avec Raoul Peck lors de l’avantpremière du film Le Jeune Karl Ma...

BNP-Paribas attaque en justice une militante d’Attac pour avoir dénoncé son évasion fiscale.
Une militante d’Attac devant la justice. Son tort ? avoir dénoncé l’évasion fiscale de BNP. Nicole Briend, militante d’Attac, est convoquée au tribunal de Carpentras le 6 février pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN. Elle a participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, ...

I AM NOT MADAME BOVARY

FENG XIAOGANG - Chine 2016 2h18mn VOSTF - avec Fan Bingbing, Guo Tao, Da Peng, Zhang Jiayi, Yu Hewei... Scénario de Liu Zhenyun, d'après son roman Je ne suis pas une garce.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

I AM NOT MADAME BOVARYElle est la petite fissure qui menace l’édifice, le caillou dans la botte de l’administration chinoise. Elle s’appelle Li Xuelin et n’est qu’une modeste villageoise. À travers son combat, restitué dans une narration stylisée et audacieuse, c’est une satire politique tragicomique de la Chine actuelle que nous propose cet étonnant I am not Madame Bovary. On y suit le combat kafkaïen que livre Li Xuelin contre la bureaucratie chinoise afin que justice lui soit rendue. Le motif : une broutille d’histoire de divorce qui n’intéresse pas grand monde. Et justement, c’est bien là le problème : parce qu’elle est une femme, parce qu’elle est une simple campagnarde du Jiangxi (une des provinces les plus pauvres de Chine), parce que son cas relève de la bizarrerie jugée insignifiante, personne ne s’intéresse sérieusement à son cas. Mais notre héroïne persiste à défendre son droit, jusqu’à monter les échelons de la hiérarchie et faire siffler les oreilles de Pékin.
Pour bien comprendre la situation de départ, il faut connaître le fait réel qui a inspiré l’histoire de ce film. En 2013, le gouvernement chinois décide de taxer abondamment les couples détenant une résidence secondaire. Jamais à court d’imagination, les Chinois n’ont pas tardé à exploiter l’effet pervers de la mesure : de nombreux couples ont décidé de divorcer afin d’échapper à l’envolée fiscale. Ce fût le cas de Li Xuelin et de son mari Qin qui simulèrent un divorce afin d’acquérir un deuxième appartement à prix convenable. Sauf qu’à peine six mois après le divorce, voilà que le goujat de mari de Li Xuelin se remarie avec une autre femme ! Seule et abandonnée, le combat de Li sera de faire admettre à l’administration que ce divorce était un faux et donc de récupérer son époux. Epoux infidèle dont elle ne veut plus – on la comprend – et dont elle entend bien sûr divorcer dans un second temps…
Li Xuelin déterre alors une lointaine relation familiale avec le juge local à qui elle parvient à raconter cette situation ubuesque. Mais pourquoi diable annuler le divorce si c’est pour divorcer de nouveau par la suite ? Réponse : question de principe ! L’affaire passe devant le tribunal, mais l’issue n’est pas favorable. Li Xuelin décide d’aller voir son ex-mari pour lui faire entendre raison. Mais Qin l’humilie publiquement en la traitant de « Pan Jinlian » (femme débauchée) et lui rappelle qu’elle n’était pas vierge le jour de leur union. Li Xuelin se lance alors dans une bataille politique pour sa dignité qui la mènera devant les autorités, de la ville à la province, jusqu’à son voyage dans la capitale.

Le récit adopte un ton particulièrement railleur qui donne à la quête de Li Xuelin une bonne occasion de se moquer des élites, sans ôter le caractère dramatique de la situation de fond. D’incompétences grotesques en attitudes minables, sans oublier le clientélisme bête et méchant, Li Xuelin embarrasse systématiquement l’échelon inférieur en tapant à la porte du responsable suivant. L’héroïne détricote ainsi le fil d’un fonctionnariat plus occupé à s’auto-protéger qu’à servir ses concitoyens. Formellement splendide, le film surprend en adoptant une image circulaire qui donne au spectateur la sensation de voir à travers une serrure et le force à focaliser son attention sur la détermination de Li Xuelin. Loin de la simple coquetterie, ce procédé trouve son origine dans la tradition picturale chinoise et dans l’utilisation des vignettes illustratives dont le réalisateur reprend ici les codes et le mode de narration. Comme pour inscrire cette fable moderne dans une vieille et absurde tragédie : celle qui relie le peuple chinois à ses dirigeants.