LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

BLAST OF SILENCE

Allen BARON - USA 1961 1h17mn VOSTF - avec Molly McCarthy, Charles Creasap, Allen Baron, Larry Tucker... Scénario d'Allen Baron et Mel Davenport.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BLAST OF SILENCE« Un de mes films favoris sur New York » Martin Scorsese
Retiré des affaires depuis quelques temps, Frankie Bono, tueur à gages, revient à New York pour un dernier contrat : l’assassinat d’un gangster de moyenne envergure. Lors de sa traque, il s’emploie à éviter tout contact avec sa future victime. Mais excédé et distrait par sa rencontre avec une vieille connaissance, il va commettre une erreur de trop…
Cinquante-six ans après sa réalisation, en 1961, et sa présentation au Festival de Cannes, ressurgit un thriller plus noir que son destin : Blast of silence. Ce film est la grand œuvre d’Allen Baron – acteur, scénariste, réalisateur – à peu près aussi méconnu que son film, comme s’il avait épuisé tout son génie dans le New York qu’il nous donne à voir : noir et blanc comme l’hiver à Manhattan, glacial comme le vent mauvais qui s'engouffre dans les rues sans espoir, sans pitié comme le mal qui habite les gangsters. Dense et sec, sans un poil de gras, ce thriller est l’introspection existentielle d’un homme qui sait qu’il est trop tard : sa fin est écrite.
Blast of silence reprend tous les ingrédients du polar noir américain. Un tueur à gages, de retour dans la ville qui l’a vu naître, a rendez-vous avec son destin. Son dernier contrat aura l’issue tragique attendue par lui, et par nous. Tout est là, dans cette tragédie classique, comme dans un récit mythologique.

Et pourtant tout nous surprend, nous tient en haleine. La beauté brute des images, la noirceur de l’introspection déversée par la voix off du tueur, la modernité et l’inventivité de la réalisation.
Mal avec lui-même, mal avec les autres, le héros nous entraîne dans un dernier voyage, au bout de ce que l’humanité peut avoir d’infernal.
« Redécouverte miraculeuse d’un chaînon manquant du film noir des années 60. C’est absolument superbe, triste et déchirant comme un solo de Charlie Parker. » (Les Inrocks, 2006)