LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LES LUMIÈRES DE LA VILLE, DES NOUVELLES DU PROJET.
Les Lumières de la ville, c’est ce projet qui nous tient à coeur, celui que nous développons patiemment avec la dévouée Marie-Hélène de 100 pour 1 et le non-moins dévoué Christophe pour l’aspect technique. Sans oublier nos complices de Cinambule et du Collectif Inouï. C’est donc la création d’une «&...

Séances bébé
   Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son po...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

Ils viennent découvrir des films
Que nous les appellions migrants, immigrés, réfugiés… Qu’ils soient partis de chez eux pour des raisons économiques, de famine ou de guerre, raisons religieuses, orientation sexuelle… Ils ont fui l’âme abimée, espérant trouver un endroit où la vie serait possible. Ils sont jeunes et viennent de temp...

PÉTITION POUR QUE BEN RESTE EN FRANCE
Ben jeune ivoirien qui était hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon a reçu jeudi 19 octobre une Obligation de Quitter le Territoire Français et l’ASE a demandé une levée de placement. Ben peut donc se retrouver à la rue. Ben Diakite est né le 24/03/2000, il a un certifi...

Soirée exceptionnelle en collaboration avec Contraluz le jeudi 18 janvier à 19h45. Un concert dédié à la Nueva canción avec le groupe Minha Lua puis une projection du film Chavela Vargas suivie d’une rencontre avec Julie Amiot, maître de conférence à l’Université de Paris Sorbonne, spécialiste de cinéma hispanique et de la société mexicaine. Tarif unique pour la soirée : 9 euros. Places en vente à partir du vendredi 5 janvier.

CHAVELA VARGAS

Catherine GRUND et Daresha KYI - documentaire Mexique / Espagne 2017 1h33mn VOSTF -

Du 18/01/18 au 30/01/18

CHAVELA VARGASÔ toi spectatrice / spectateur qui te sent envahi par le blues du temps qui passe et t’éloigne de ta jeunesse, toi qui te laisses gagner par les regrets des choses pas faites à temps, des relations gâchées, des sentiments gaspillés… fonce voir ce revigorant documentaire et te ressourcer au destin de son héroïne Chavela Vargas, cette incomparable chanteuse de rancheras (chansons traditionnelles d’Amérique latine). Un destin qui te prouvera que même quand on a 70 ans et que l’on croit son avenir largement derrière soi (dans le cas de Chavela Vargas, c’est bien pire, puisqu’à cet âge, la chanteuse était devenue quasi SDF et alcoolique), on peut connaître encore une nouvelle chance et trouver bonheur et gloire dans la dernière ligne droite.



Construit autour d’une interview de 1991 donnée par Chavela à la réalisatrice Catherine Gund, et dans laquelle la septuagénaire avouait se trouver au plus creux de la vague après une séparation et une traversée du désert, le film, entrepris près de 25 ans plus tard, remonte le fil des années jusqu’à la naissance de Chavela au Costa Rica puis retrace dans une dernière partie flamboyante la renaissance de l’artiste grâce à son plus grand fan espagnol : un certain Pedro Almodóvar.

Mais revenons aux origines… Chavela Vargas, née en 1919, ne fut pas une chanteuse de rancheras ordinaire. Non seulement elle a transformé le genre au cœur des années 40/50, en orientant cette musique plutôt festive vers de splendides complaintes déchirantes, autour des amours perdues, mais surtout Chavela devint très vite un personnage de légende à la réputation sulfureuse. Lesbienne assumée – même si elle ne le formula officiellement que dans les dernières années de sa vie –, elle imposa sur scène le poncho masculin, brisant le côté suranné et gentiment sexiste du genre. Elle se construisit une réputation digne des volcans de son pays qu’elle affectionnait : on lui a prêté de nombreuses histoires d’amour passionnées et ombrageuses avec des personnalités comme la célèbre artiste Frida Kahlo, l’actrice flamboyante Ava Gardner qui, comme d’autres vedettes hollywoodiennes, fréquentait assidûment Acapulco où se produisait Chavela, mais aussi des femmes de ministres s’accordant une parenthèse adultérine.
Chavela Vargas était aussi une femme ombrageuse, réputée pour porter le pistolet et ne pas hésiter à s’en servir et pour engloutir des litres de tequila, ce qui faillit causer sa perte. Mais il faut reconnaître que la deuxième partie du film est la plus incroyable. Quand deux jeunes créatrices de cabaret vont sortir Chavela Vargas de sa misère et de son alcoolisme pour la faire remonter à plus de 70 ans sur une scène de Mexico : c’est là que Pedro Almodóvar, au faîte de sa gloire en pleine movida post-franquiste et grand fan de ses disques, va la retrouver et organiser sa renaissance en Espagne puis sur de nombreuses scènes du monde. Il lui confiera la musique de plusieurs de ses films ( Kika, La Fleur de mon Secret, En chair et en os, et surtout la célibrissime chanson de Talons aiguilles).

Minha Lua est un duo né à Grenade, en Andalousie.
Victoria Cruz à la voix et Gabriel Pancorbo à la guitare et à la composition. Nous les avions accueilli lors de l’avant-première du film Volta a terra autour du fado portugais pour notre plus grand bonheur (la salle était comble ce soir-là et les applaudissements abondants). Ils vous proposent aujourd’hui un voyage musical à travers la Nueva canción, genre qui émergea dans les années 1960 et fut rapidement associé aux mouvements de la nouvelle gauche latino américaine et aux mouvements pour les droits de l’homme en raison de ses textes très politisés. D’immenses artistes comme Mercedes Sosa, Violeta Parra, Atahualpa Yupanki, Chabuca Granda et bien sûr Chavela Vargas, interprétaient cette musique, uniquement à la guitare et la voix, musique dans la riche tradition populaire des pays comme l’Argentine, le Chili, le Pérou, le Mexique, Cuba ou l’Espagne. Un beau concert en perspective !