LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

En collaboration avec l’association Miradas Hispanas.
Lundi 15 janvier à 20h30 séance unique présentée par Matilde Valencia, membre de l’association Le chien qui aboie, association pour la promotion du cinéma d’Amérique Latine.

LOS NADIE

Juan Sebastián MESA
Colombie 2016 1h24

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)


« À Medellin, le punk est un mouvement très solide, d’une longue tradition, qui a été présent depuis plusieurs décennies dans la vie de beaucoup de jeunes pour les aider à raconter leurs histoires et celles de la ville qu’ils habitent. Je crois que l’on peut découvrir la ville de Medellín en écoutant les paroles de chansons de certains groupes. »
Juan Sebastián Mesa Inspiré de sa propre expérience, des doutes qui l’ont traversé quant à son avenir et des voyages à l’étranger qu’il a entrepris, le réalisateur Juan Sebastián Mesa a voulu avec son premier long-métrage dresser le portrait d’une poignée de jeunes Colombiens en rupture avec le système, leurs familles et leur ville natale. Tourné à Medellín avec des acteurs amateurs épatants de naturel et de spontanéité, Los Nadie trouve son cœur vivant dans le rapport de force qu’il cultive entre le panorama d’une ville complexe et difficile – voire hostile et agressive – et l’approche sensible de certains de ses jeunes habitants, terrassés par l’absence de perspectives que leur offre leur environnement. Ces quelques garçons et filles, que le film s’attache à suivre dans leur quotidien, vivent de débrouille en attendant de pouvoir partir à l’étranger sans but précis : jouant de la musique, s’exerçant à l’art du jonglage aux carrefours, tentant de joindre les deux bouts sans jamais renoncer à leur dignité, ils semblent réagir par réaction à ce qu’ont vécu leurs parents, une génération sacrifiée qui a trimé toute sa vie sans pour autant que les inégalités sociales ne se réduisent. Nourri par la contre-culture et la musique punk, le jeune réalisateur de vingt-huit ans assume son manque de moyens : il en fait même l’argument stylistique de son film, alliant casting sauvage et scènes directement tournées dans les rues agitées de la deuxième plus grande ville du pays.
Clément Graminiès dans Critikat

Miradas hispanas est une association avignonnaise de diffusion des cinémas du monde hispanique.
Voir site : miradashispanas.free.fr