LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN JEUNE, UN TOIT, UNE ÉCOLE !
Ça s’est passé près de chez vous… N. 16 ans et demi est arrivé en juillet dans le Vaucluse. Il a traversé la méditerranée au péril de sa vie. Il est « pris en charge » par l’Aide Sociale à l’Enfance qui conteste sa minorité, le fait convoquer à la police des frontières, des ...

Les Lumières de la ville deviennent le Collectif 1,2,3 soleil.
Les Lumières de la ville, c’est cette fabrique de film que l’association 100 pour 1, les Ateliers du Court et Utopia ont mis en place il y a quelques mois. L’idée est de regrouper des jeunes mineurs isolés de 100 pour 1, quelques-uns de nos spectateurs volontaires et un ou deux « professionnel ...

Séances bébé
   Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés, ett déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son p...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
   Projections de films français avec sous-titres spéciaux pour les malentendants Les séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sous-titres spéciaux appara...

LE FEU QUI NE S’ÉTEINT JAMAIS
 Il y a sept ans nous apprenions avec effroi l’explosion de 3 réacteurs nucléaires dans la centrale de Fukushima au Japon. Au pays du shintoïsme – un culte dédié à la nature -, le choc fut terrifiant. Il venait implacablement raisonner avec la mémoire traumatique d’Hiroshima et Nagasaki. Grand pe...

La séance du lundi 12 février à 18h15 sera suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Marie-Hélène Rebois et la journaliste Agnès Izrine, rédactrice en chef du regretté magazine Danser et créatrice du site Danser canal historique.

DANS LES PAS DE TRISHA BROWN

Marie-Hélène REBOIS - documentaire France 2016 1h20 - avec Lisa Kraus, Carolyn Lucas et les danseuses du Ballet de l'Opéra de Paris...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DANS LES PAS DE TRISHA BROWNTrisha Brown a transformé la danse contemporaine, elle a mis au rebut bien des principes de composition classique pour ouvrir la danse à d’autres espaces, sonores, urbains, non narratifs ni illustratifs : les bases de son mouvement s’inspirent des expériences qu’elle a poussées très loin sur la gravité. En défiant ses lois, elle a insufflé à ses chorégraphies une extraordinaire fluidité, un déséquilibre inédit… 
Sa pièce Glacial Decoy est entrée au répertoire du Ballet de l’Opéra de Paris. Marie-Hélène Rebois nous immerge dans la préparation de ce spectacle avec un groupe de danseuses et deux formatrices rodées au travail de Trisha Brown pour avoir dansé avec elle au sein de sa compagnie. Lisa Kraus et Carolyn Lucas ont réussi à saisir l’essence du travail de Trisha. Elles prennent le temps de le transmettre, tout en nuances et en sensations. Ses mouvements ne se « décomposent » pas, il faut les apprivoiser et se les approprier, il faut les sentir pour les restituer…

Tout cela pourrait paraître abstrait mais la grande réussite du film est de parvenir à nous immerger dans cette recherche dont on arrive alors à saisir le sens, la subtilité et la beauté ! 
Les séances de travail sont répétitives mais nous permettent de capter l’ampleur de la tâche que représente la volonté « d’effacer » l’effort. Le résultat est extrêmement fluide, d’une apparente simplicité, tant dans la mise en scène du spectacle que dans la danse elle-même. Comme si ce travail ramenait à l’essence même du mouvement. 
Dans les pas de Trisha Brown est un film modeste et précieux qui nous amène à appréhender quelque chose de profondément beau, mais dont la compréhension passe par l’épure, le vide et la sobriété. Rendre cette émotion dans un film était un défi osé, brillamment relevé par Marie-Hélène Rebois.