LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Verger Urbain V, écrin ou carcan ?
 Vous êtes nombreux à nous questionner sur la soudaine fermeture du passage du Verger Urbain V le soir. C’est le chemin qui vous mène directement  du centre-ville vers le cinéma. Vous êtes nombreux à ne pas comprendre les objectifs de cette décision (nous, pas vraiment non plus), à trouver...

Enseignantes, enseignants
Reprise des séances scolaires en septembre :Nous redémarrons les dispositifs École au cinéma (prévisionnement le samedi 29 septembre pour le 1er trimestre), Collège au cinéma (inscriptions possibles jusqu’au 22 septembre) et Lycéen au cinéma.  Pour les séances hors dispos...

L’AQUARIUS OU LE NAUFRAGE DU BON SENS EUROPÉEN
Chaque année plus de 3000 hommes, femmes et enfants meurent noyés en Méditerranée en tentant la traversée sur des embarcations de fortune. Afin de porter secours à ceux qui fuient pour sauver leur vie, des citoyens européens ont décidé d’agir en créant l’association SOS Méditerranée qui a affrété un...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abri.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

THARLO, LE BERGER TIBÉTAIN

Écrit et réalisé par Pema TSEDEN - Tibet 2016 2h03 VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THARLO, LE BERGER TIBÉTAINPetite natte est un berger tibétain au doux sourire et doté d’une mémoire phénoménale. Dès la première scène du film, devant un commissaire de police médusé, il récite sur le ton monocorde d’une prière un discours célèbre de Mao « Servir le peuple » texte fondateur du communisme chinois. Sa mémoire aurait pu lui permettre de faire de belles études et d’accéder à une place respectable dans la société, mais, très vite orphelin, son sort a dépendu d’un oncle qui a cherché à s’en débarrasser au plus vite. Peu importe ! Petite natte n’en semble nullement affecté et ne s’imagine guère une autre vie que la sienne qui s’écoule tranquillement, sereinement. D’ailleurs il est un excellent berger qui sait protéger ses bêtes des attaques des loups. À tout moment, il est en mesure de préciser combien il a de moutons blancs, noirs ou bicolores, combien il garde de femelles, de mâles ou d’agneaux, combien d’animaux ont des cornes, combien n’en ont pas.



Sa présence au commissariat ce jour-là s’explique par le fait qu’à l’âge d’à peu près 40 ans (à peu près car il n’est sûr de rien) Petite natte n’a jamais possédé de carte d’identité. Ce qui dans la Chine d’aujourd’hui, à laquelle, comme chacun sait, le Tibet appartient, est une anomalie qui ne peut durer. Dire que notre berger comprend parfaitement les arguments du policier visant à le convaincre de l’absolue nécessité d’un tel document serait exagéré. Et ce d’autant plus qu’il va être établi au nom de naissance qu’il n’a jamais porté et que personne ne l’a jamais nommé ainsi : Tharlo. Mais Petite natte est docile et, muni de l’adresse d’une photographe accréditée, il accepte d’aller en ville se faire tirer le portrait, première étape indispensable à l’élaboration de la dite carte.
Si cette photographe ne l’avait pas envoyé au salon de coiffure d’en face se faire laver les cheveux qu’il porte longs. Si la jeune coiffeuse n’avait pas été d’une beauté à couper le souffle et d’une gentillesse peu commune. Si Petite natte n’avait pas été conduit à devenir Tharlo… le petit berger tibétain serait resté dans ses montagnes avec une carte d’identité qu’il n’aurait présentée qu’à ses moutons et nous n’aurions pas la possibilité de découvrir un film magnifique.

Pema Tseden était écrivain avant de devenir le principal réalisateur tibétain. Tharlo, le berger tibétain est d’ailleurs inspiré d’une de ses nouvelles. Nul besoin d’être un spécialiste en géopolitique de l’Asie pour comprendre que la relation de dépendance du Tibet vis-à-vis de la Chine ne peut être absente de son œuvre, comme de toute œuvre d’un artiste tibétain. La force de ce film est de donner un caractère universel à la situation du personnage principal. 

Tharlo, le berger tibétain représente non seulement la civilisation tibétaine menacée par l’impérialisme chinois, mais également toute civilisation traditionnelle menacée par le modernisme consumériste. Cette dualité permet ainsi au film, non seulement d’être vu au Tibet, mais d’être distribué en Chine et apprécié par un important public chinois. L’acteur qui joue le rôle de Tharlo est tout simplement exceptionnel. Les deux scènes au salon de coiffure, au début et à la fin du film, dans deux situations totalement différentes, lui permettent entre autres de dévoiler l’étendue de son talent. Quant au réalisateur, il sait prendre son temps, sans jamais nous ennuyer et semble toujours trouver la place idéale pour sa caméra afin de nous offrir, en noir et blanc, des plans jamais gratuits dont la beauté n’est en rien coupée de l’action. Une réussite totale.