LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À l’attention des enseignants : 9e édition de l’opération CINÉALLEMAND POUR LES JEUNES, en partenariat avec le Goethe-Institut.
 Trois films sont proposés, pour les élèves de primaire, collège et lycée. Plus d’informations au 04 90 82 65 36    D’ÉGAL À ÉGAL Pour les 9-13 ansMichi, 10 ans, vit dans un foyer pour enfants. Une lettre trouvée par hasard ayant appartenu à sa mère disparue lui permet de...

UNE CARTE UTOPIA ?
Oui, vous avez bien lu, je parle bien d’une carte de cinéma Utopia. Vous en rêviez, on s’en doute bien. Mais comme rien n’est vraiment gratuit ou illimité dans ce dur monde de l’exploitation cinématographique (ou même ailleurs, il me semble…) on vous donne une explication. Si cette carte que nous av...

VENIR À UTOPIA… C’EST PLUS FACILE QU’ALLER À MOSSOUL !
   Nous vous mettons ci-dessous, et après vérifications auprès des opérateurs, les tarifs et horaires des différents parkings. Si toutefois ces informations sont erronées, merci de nous le faire savoir que nous relancions nos limiers pour tirer cette affaire au clair. PARKING DE L’ÎLE PIOT, gratu...

Des nouvelles de Ben et Arouna.
Vous avez été nombreux à signer la pétition pour Ben, jeune ivoirien hébergé par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans un hôtel à Avignon suite à son Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) du 19 octobre. Contrairement à nos espoirs raisonnables, le tribunal administratif (TA) vient de c...

L’État poursuit Nicole Briend pendant que la BNP-Paribas poursuit ses pratiques d’évasion à grande échelle.
Souvenez-vous, dans une précédente gazette nous vous parlions de cette militante d’Attac, Nicole Briend. Elle est convoquée le 6 février au tribunal de Carpentras pour vol en réunion et refus de donner ses empreintes ADN après avoir participé, avec une dizaine de personnes d’Attac, à une&n...

En collaboration avec Les Amis du Monde diplomatique, la LDH, ATTAC, les Amis de l’Huma et Présences palestiniennes. La séance du jeudi 22 février à 20h20 sera suivie d’une rencontre avec Dominique Vidal, journaliste au Monde diplomatique, spécialiste du Proche-Orient et du conflit israélo-palestien auxquels il a consacré plusieurs ouvrages.

WAJIB, l'invitation au mariage

Écrit et réalisé par Annemarie JACIR - Palestine 2017 1h36mn VOSTF - avec Mohammad Bakri, Saleh Bakri, Maria Zreik, Rana Alamuddin...

Du 14/02/18 au 06/03/18

WAJIB, l'invitation au mariageC’est un film lumineux qui accomplit la prouesse de décrire avec intelligence toute la complexité du vécu du peuple palestinien tout en restant étonnamment léger et tendre malgré la gravité des sentiments qui affleure souvent. Unité de temps : l’action du film se déroule sur une journée. Unité de lieu : Nazareth, la plus grande ville palestinienne à l’intérieur d’Israël, qui fait se côtoyer 60% de musulmans et 40% de chrétiens. Unité d’action enfin puisque tout le film s’articule autour de la même démarche : Abu Shadi, professeur à la retraite unanimement respecté, et son fils Shadi, jeune architecte exilé à Rome et revenu tout exprès pour l’occasion, font le tour de la ville pour distribuer des cartons d’invitation au mariage de leur fille et sœur, car en Palestine, il serait irrespectueux d’user de la Poste pour ça. C’est le « Wajib », le devoir, qui a une dimension bien plus large et qui représente les contraintes familiales et sociales que chacun s’impose pour vivre en bonne intelligence.



Cette tournée des popotes au volant de la vieille Volvo sans doute chargée de toute l’histoire familiale fait défiler une savoureuse galerie de personnages, invités avec plus ou moins d’enthousiasme – on sent bien que certains ne le sont que par obligation, avec l’espoir à peine dissimulé qu’ils déclineront poliment pour des raisons de force majeure… Nos deux émissaires rencontrent ainsi de lointains cousins à qui le père a fait croire que Shadi était médecin (dans son esprit, c’est une profession plus honorable encore qu’architecte), une amie d’enfance du jeune homme qui ne dirait pas non à un retour de flamme, une vieille admiratrice du professeur qui sait bien qu’il est divorcé depuis des années et qu’il est peut-être un cœur à prendre…
Mais ce qu’il y a de plus beau dans Wajib, c’est la balade dans Nazareth, qui s’impose comme le troisième personnage principal du film, et la relation distendue et conflictuelle entre un père et son fils.

Annemarie Jacir nous immerge dans cette ville arabe au cœur d’Israël, où chrétiens et musulmans coexistent (il est d’ailleurs amusant de constater que chacun s’apprête à fêter Noël, y compris les familles musulmanes), mais où la présence israélienne pèse de tout son poids dans le haut quartier, enclave sécurisée et plus riche qui surplombe la cité. Et on sent bien que cette présence israélienne joue un rôle essentiel dans la relation complexe qu’entretiennent Abu Shadi et son fils. Le père, malgré sa stature et son prestige de professeur, a toujours dû composer avec l’occupant, acceptant la censure des programmes scolaires imposée par les autorités israéliennes, arrangeant les choses avec la police quand son fils était poursuivi pour activités subversives… Ces compromis ont probablement contribué à l’échec de son mariage, son épouse l’ayant fui en même temps que son pays. Son fils est parti lui aussi, il a fait sa vie en Italie, et s’est même fiancé avec la fille d’un dirigeant de l’OLP en exil : le fossé politique est patent entre le père soumis, pragmatique, et le fils idéaliste, en colère face à la situation inacceptable et au conservatisme ambiant. Et le fait que les deux acteurs, Mohammad (légende du théâtre et du cinéma palestiniens) et Saleh Bakri, sont père et fils dans la vie ajoute évidemment à l’authenticité de leur confrontation et à l’émotion qu’elle fait naître.

Dominique Vidal est, avec Alain Gresh, co-auteur en 1986 d’un ouvrage de référence, réédité en 2011, Les 100 clés du Proche Orient et ils ont tous deux jeté un regard critique sur cette région du monde dans de nombreux articles parus dans Le Monde diplomatique. Depuis 2009 Dominique Vidal co-dirige la livraison annuelle de L’État du monde, aux éditions La Découverte.