LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !
LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !Vous êtes attendus nombreux le jeudi 20 décembre à 19h30 dans le jardin Urbain V. Nous décorerons notre sapin de Noël avec nos cartes de vœux pour le PASSAGE ! Une hotte accueillera les modestes cadeaux que chacun voudra y déposer et que nous nous offrirons… Pr...

TOUTES CES CHOSES QUE JE NE COMPRENDS PAS.
Il y a des choses que je ne comprends pas. Dans cette ville, il y a plein de choses que je ne comprends pas. Bon, d’accord, je donne un exemple. J’habite dans le quartier de la Bonneterie, qui a fait l’objet récemment d’une requalification, comme on dit dans le jargon technocratique, plutôt réu...

NOËL POUR LES ÉCOLES
Le mois de décembre approche à grand pas. Les cinémas Utopia vous proposent des films pour les petits et les plus grands pour des séances en matinée. Pensez à réserver auprès du cinéma en nous contactant au 0490826536.Vous trouverez ci-dessous une sélection de films.Si toutefois vous aviez d...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

THE THIRD MURDER

Écrit et réalisé par Hirokazu KORE-EDA - Japon 2017 2h05mn VOSTF - avec Masaharu Fukuyama, Kôji Yakusho, Suzu Hirose, Isao Hashizume, Mikako Ichikawa...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE THIRD MURDERTomoaki Shigemori est un avocat prestigieux, réputé pour ne jamais perdre un procès. Il accepte de prendre en charge le lourd dossier de Takashi Misumi, incarcéré et accusé de vol et d’assassinat sur son ancien patron. Les chances de gagner l’affaire paraissent minces : Misumi a déjà purgé une peine de prison pour meurtre trente ans auparavant, il vient d’avouer le crime pour lequel il est inculpé et risque la peine de mort.
Shigemori refuse néanmoins de baisser les bras et cherche à établir une stratégie pour défendre au mieux son client, au moins sauver sa tête. Il creuse, il enquête mais ses maigres certitudes se fissurent au fil des documents rassemblés, des témoignages recueillis. Malgré les aveux de Misumi, malgré les preuves prétendument accablantes, Shigemori commence à douter de la culpabilité de son client. Ce devrait être une bonne nouvelle, un élément décisif et positif pour la défense de Misumi, mais la personnalité de l’accusé fait que les choses deviennent de plus en plus complexes, la vérité de plus en plus aléatoire… Mais l’exercice de la justice est-il finalement synonyme de recherche de la vérité ?




Nobody knows, Still walking, Tel père, tel fils, Notre petite sœur… Nous aimons beaucoup le cinéma du réalisateur japonais Hirokazu Kore-Eda, régulièrement sélectionné et primé dans les plus grands festivals internationaux. Il change ici de registre et abandonne les chroniques familiales pour se consacrer à un drame judiciaire qu'il filme comme un polar : cinémascope, jeu sur l'ombre et la lumière, intensité des gros plans, la mise en scène excelle à créer une ambiance de tension et de suspense. Le récit alterne habilement enquête, scènes de procès ou de parloir, fausses pistes et chausse-trappes et maintient jusqu'au bout mystère et interrogations. On retrouve bien sûr son sens aigu de l'observation, sa capacité à mettre en place des situations et des personnages complexes, voire contradictoires, sur lesquels il se garde bien de porter un jugement définitif. Il parvient ainsi à donner une portée philosophique à l'investigation de Shigemori, interrogeant la question de la vérité et de sa quête – aussi éperdue que vaine – sous toutes ses facettes, au cœur d'un des lieux où elle est censée se révéler.

« Généralement, un film débouche toujours sur la vérité. Mais dans celui-ci, seule la procédure judiciaire arrive à son terme, tandis que les personnages ignorent la vérité. Ça montre que notre société souscrit à un système imparfait qui persiste à laisser des gens en juger d’autres sans connaître la vérité. » H. Kore-Eda