LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !
LAISSEZ-PASSER LE PÈRE-NOËL !Vous êtes attendus nombreux le jeudi 20 décembre à 19h30 dans le jardin Urbain V. Nous décorerons notre sapin de Noël avec nos cartes de vœux pour le PASSAGE ! Une hotte accueillera les modestes cadeaux que chacun voudra y déposer et que nous nous offrirons… Pr...

NOËL POUR LES ÉCOLES
Le mois de décembre approche à grand pas. Les cinémas Utopia vous proposent des films pour les petits et les plus grands pour des séances en matinée. Pensez à réserver auprès du cinéma en nous contactant au 0490826536.Vous trouverez ci-dessous une sélection de films.Si toutefois vous aviez d...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE

(2001, A SPACE ODYSSEY) Stanley KUBRICK - USA 1968 2h29VOSTF - avec Keir Dullea, Gary Lockwood, William Sylvester, Daniel Richter, Léonard Rossiter, Hal 9000... Scénario d'Arthur C. Clarke et Stanley Kubrick. VERSION RESTAURÉE.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

2001 : L’ODYSSÉE DE L’ESPACE« … Une expérience visuelle qui évite toute catégorisation et pénètre directement dans l'inconscient avec son contenu émotionnel et philosophique… » Stanley Kubrick

On ne va pas s'amuser à gloser sur 2001, on n'en finirait pas. Le film pose tellement de questions, ouvre tellement de pistes, provoque une telle fascination, un tel ébahissement qu'il est humainement impossible d'en faire le tour. Comme l'écrivait bien Serge Kaganski dans Les Inrockuptibles : « Le seul film du monde garanti absolument inépuisable puisqu'il ne deviendra obsolète que le jour où l'on aura prouvé l'existence de Dieu ou alors répondu au grand triptyque : “qui somme-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ?” On conviendra que ce n'est pas demain la veille… »



Non seulement on en convient mais on s'en réjouit parce que ça veut dire qu'on va pouvoir continuer à revoir inlassablement ce « western spatial qui s'agrandit jusqu'aux dimensions d'un conte métaphysique » (Jean-Louis Bory), ce « Luna Park de l'infini » (Claude Mauriac), ce « film scientifique, prophétique, métaphysique, film musical et d'aventure qui se meut à l'aise dans la quatrième dimension, celle de la poésie. » (Pierre Billard)… Quant à ceux qui vont avoir le bonheur intense de le découvrir pour la première fois, ils peuvent s'attendre à un des grands chocs de leur vie de spectateur de cinéma (on parle d'expérience). De l'aube de l'humanité, avec ses grands singes qui découvrent l'usage de l'arme, jusqu'au-delà de l'infini où l'homme continue à se trouver inéluctablement confronté à la vieillesse et à la mort (mais aussi à la renaissance, avec cette idée extraordinaire du « foetus astral »), en passant par l'aventure de la conquête spatiale avec ses grandeurs et ses ridicules, Kubrick et Arhtur C. Clarke embrassent la destinée humaine. Ils ne proposent aucune interprétation facile, aucune lecture simplificatrice, aucune réponse rassurante à l'interrogation fondamentale sur le sens de notre existence. La seule certitude qu'on retire du film, c'est qu'on n'est sûr de rien, que notre présence au monde est fondée sur un insondable mystère.

Et c'est là qu'intervient la trouvaille sans doute la plus géniale : le fameux monolithe noir qui apparaît à chaque époque du film. Comme dit encore Kaganski : « Doigt de Dieu ? Pierre philosophale ? Hallucination récurrente ? Porte de la perception ? Matérialisation du sens ou de la pensée ? Sans doute tout cela et plus, si affinités. Avec sa forme parfaite, son opacité infranchissable, sa nature de pure surface, le monolithe est devenu le plus beau Kubrick's cube, la figure parfaite de 2001, grand monolithe de l'histoire du cinéma… » A part ça, 2001 reste un fabuleux spectacle, qu'on peut apprécier en toute naïveté, en toute béatitude.