LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CHANTER RÉGÉNÈRE !
En raison de nouvelles aventures prévues au Théâtre des Vents, l’atelier chansons, animé depuis plus de vingt ans par Amélie Grand – fondatrice et ex-directrice des Hivernales de danse d’Avignon – rejoint le Théâtre Transversal : 10, rue d’Amphoux à Avignon. Tel : 04 90 86 17...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

UBU, ROI DU VERGER
@page { margin: 2cm } p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120% }- Je peux vous poser une question ?- Oui, qu’est-ce que c’est ?- C’est une phrase interrogative, qu’onutilise pour tester les connaissances. Pour le coup, ce dialogue n’est pas extrait de la pièce Ubu Roi mais du film Y ...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

DOGMAN

Matteo GARRONE - Italie 2018 1h42 VOSTF - avec Marcello Fonte, Edoardo Pesce, Alida Baldari Calabrian, Nunzia Schiano... Scénario de Maurizio Braucci, Ugo Chiti, Matteo Garrone et Massimo Gaudisio. Festival de Cannes 2018 : Prix d'interprétation masculine pour Marcello Fonte.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

DOGMANPas de doute : les films de Matteo Garrone – on citera tout particulièrement Gomorra et Reality – sont tout sauf tièdes. Ça décoiffe, ça saisit, ça bouscule ! Une fois de plus le réalisateur ne nous sert pas du réchauffé et dès le premier plan de Dogman, il nous scotche dans notre fauteuil. Même si les canidés y sont parfois mignons, c’est un cinéma crépusculaire qui grogne et mord ceux qui s’en approchent. Le récit n’est pas tendre même s’il transpire de tendresse. Il est issu d’une image restée longtemps en friche dans la tête du cinéaste : « celle de quelques chiens, enfermés dans une cage, assistant comme témoins à l’explosion de la bestialité humaine… »



L’histoire démarre dans une Italie grinçante et rouillée comme une vieille balançoire qui aurait trop vécu, condamnée à progressivement disparaître. Les murs desquamés de cette banlieue de Naples suintent les ocres et la misère d’une classe ouvrière dont on finit par douter qu’elle ait jamais existé. Ici rien ne scintille mis à part quelques rares breloques pendues au clou d’une bijouterie peu orthodoxe. La mer semble tout aussi grise et fade qu’un jour sans fin. Pourtant Marcello y trace son sillon discret, vivotant de son petit négoce de toilettage pour chiens, sans oublier quelques compléments de salaires douteux pour mettre un peu de beurre dans ses pâtes et surtout celles d’Alida, sa fille qu’il aime comme la prunelle de ses yeux et que son ex-femme lui confie un week-end sur deux. C’est une belle complicité qui lie ces deux-là, une admiration réciproque qui leur fait partager les mêmes passions, celle notamment de plonger avec masque et tuba en eaux claires, même s’il faut aller les chercher loin de là.
Dans cette cité tristounette, Marcello a pourtant toujours un sourire radieux, un mot gentil à offrir. Sa simple présence discrète semble spontanément rendre la vie plus douce à ceux qui le croisent. Il est de ceux qui ne haussent jamais la voix, incapable de refuser un service, même si une petite alerte intérieure lui susurre que c’est loin d’être une bonne idée. Marcello est un brave. Tout aussi courageux quand il s’agit d’affronter un cerbère déchaîné qu’on lui amène à manucurer, que gentil quand il s’agit d’aider son prochain. D’ailleurs ici tout le monde l’aime. Même ce satané Simoncino, un fou furieux taillé comme un molosse qui, dès sa sortie de taule, recommence à terroriser tout le monde, même les caïds de la zone. Il faut dire qu’il consacre le peu de neurones que la cocaïne n’a pas encore fusillés à se procurer de quoi détruire le reste de son cerveau. Mais Marcello, en pauvre hère, ne parvient guère à lui résister et se retrouve vite entraîné vers une destinée toujours plus violente et sombre, tandis que les toutous toilettés du chenil observent ces hommes qui sont décidément plus féroces que des bêtes.

Dogman se dévide implacablement tel une tragédie grecque dans laquelle Marcello Fonte, qui endosse le rôle principal, est tout bonnement époustouflant, d’abord poignant puis magistral quand il laisse éclater sa rage de ne pas parvenir à exister. Il excelle dans cette descente aux enfers inéluctable. Que les dents grincent en chemin c’est certain, mais ça ne nous empêche pas de sourire, voire de rire aux éclats au détour d’une parenthèse humoristique où le ridicule ne tue pas les chiens, malgré tous les efforts de leurs maîtres.