LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Rendez-vous des Amis de l’Huma : REVENONS AUX REVENANTS
Pasolini, Mandela et Bollène, rien à voir ? Si, les trois films qui ont ces mots dans leurs titres ont quelque chose à voir : le retour.   Les trois films valent avant tout par leur beauté, leur force. Se torno (Si je reviens), Ernest Pignon Ernest et la figure de Pasolini. Er...

Le cinéma Utopia à Avignon de 1976 à 1994 une histoire de militantisme culturel et politique
Un livre de Michaël Bourgatte aux éditions Warm   « France, années 70. Anne-Marie Faucon, Michel Malacarnet et leurs compagnons de route inventent à Avignon un lieu atypique et pionnier, où ils souhaitent partager avec le plus grand nombre leur passion du cinéma et de l’échange. Avec pe...

En Avignon, 7 jeunes réfugiés par jour demandent à être mis à l’abris.
La protection des mineurs résidant sur le sol français est un droit constitutionnel. Néanmoins, le Conseil Départemental du Vaucluse, depuis des mois, s’acharne à faire fi des règles de base de la protection de l’enfance. Par souci de maîtrise budgétaire…  Le Collectif de soutien aux mineurs...

le Grand Pavois Main Basse sur Baladar
Mercredi  11 juillet  à 11h Utopia Manutention La compagnie le Projecteur H qui joue au Théâtre le Grand Pavois Main Basse sur Baladar, d’après un texte de Jacques Prévert, invite le MRAP, Amnesty International, 100 pour 1 et RESF pour débattre de thèmes présents dans le spectacle - le ...

Et le Collectif 123 Soleil est né !
L’association 100 pour 1, Le cinéma Utopia et les Ateliers du court-métrage fêtent bientôt les un an d’une aventure qui aura permis de produire pas moins de 6 films. Six courts-métrages réalisés à chaque fois avec un groupe de 15 personnes en une journée, groupe qui est toujours const...

Avant-première du dernier film de Kirill Serebrennikov présenté au dernier Festival de Cannes. Le film sortira en France le 5 décembre. Deux projections les mardi 17 juillet à 14h00 et mercredi 18 juillet à 20h30. La séance du 17 juillet à 14h00 (vente des places à partir du 4 juillet) sera présentée par David Bobée, metteur en scène.

L'ÉTÉ (LETO)

Kirill SEREBRENNIKOV - Russie 2018 2h06mn VOSTF - avec Teo Too, Irina Starshenbaum, Roman Bilyk, Aleksandr Gorchilin... Scénario de Kirill Serebrennikov, Lily Idov et Mikhail Idov. Festival de Cannes 2018 : Sélection officielle, en compétition.

Du 17/07/18 au 18/07/18

L'ÉTÉ (LETO)Leto est une œuvre à la fois discrète et puissante. Chronique historique, histoire d’amour à trois, biopic sur des figures du rock russe, ode à la liberté. L’action se déroule dans le Léningrad (ex et future Saint-Pétersbourg) du début des années 80. La scène rock’n’roll soviétique est alors en plein essor, nourrie des idoles et groupes anglais et américains. Serebrennikov a reconstitué la rencontre des deux leaders Viktor Tsoi du groupe Kino, et Mike Naumenko du groupe Zoopark, disparus tous deux prématurément à 28 et 36 ans en 1990 et 1991. Au milieu d’eux, la magnétique Natacha. Autour d’eux, des dizaines, des centaines, des milliers d’âmes, aspirant à l’air libre dans l’étau soviétique de l’avant Pérestroïka.
Dans un noir et blanc doux et riche de reliefs, œuvre du directeur de la photo Vladislav Opeliants, le cinéaste témoigne des combats de ses ainés, et des parallèles avec sa Russie actuelle oppressante. Mais le film n’est pas qu’un cri, qu’une révolte. C’est aussi une ode à l’amour, via ses figures énergisantes, qu’elles soient iconiques pour certains ou pas (encore) pour d’autres. Le réalisme et les empêchements explosent par la grâce du regard sur les êtres, par l’humour qui dynamite la rigueur politique, par la fluidité de la mise en scène…
… Et par des scènes musicales oniriques épatantes, où les héros, auxquels se joint le peuple dans le train, le bus, la rue et un immeuble, chantent, dansent, courent, traversent, et défient les lois, au son des icônes rock des années 70. Et où la couleur injecte le sang neuf de l’espoir. Les excellents Teo Yoo, Irina Starshenbaum et Roman Bilyk rivalisent de charisme, dans cette chronique au brio dingue, qui devrait attendre décembre pour gagner les salles hexagonales…
(Olivier Pélisson pour BANDE À PART)

David Bobée présente dans le cadre du Festival d’Avignon Mesdames, Messieurs et le reste du monde à 12h du 7 au 21 juillet (à l’exception des dimanches 8 et 15) au Jardin Ceccano.

Liberté pour Kirill Serebrennikov
Nous souhaitons apporter notre soutien à Kirill Serebrennikov, aujourd’hui assigné à résidence. Programmé sur les plus grandes scènes internationales et en France, au Festival d’Avignon, au Festival de Cannes, à Chaillot - Théâtre national de la Danse, et sur nos nombreuses scènes nationales, Kirill Serebrennikov est celui qui a si souvent invité des artistes français.es à créer des spectacles en Russie et qui a porté à bout de bras le théâtre russe le plus contemporain. Il est accusé de n’avoir pas réalisé un programme artistique pour lequel il a reçu un subventionnement public (1 million d’euros) et de n’avoir pas réalisé des spectacles qui ont pourtant été créés et même diffusés en France […]. Décidée en août 2017, l’assignation à résidence de Kirill Serebrennikov a été récemment reconduite, lui interdisant de se rendre en France pour défendre son dernier film Leto, programmé en sélection officielle du Festival de Cannes. […]
Qu’il soit aujourd’hui combattu de cette façon-là, pour des crimes qu’il n’a évidemment pas commis, est ubuesque. Les artistes russes, comme tous les artistes du monde, ont le droit de s’engager politiquement, esthétiquement, éthiquement, dans leurs œuvres sans risquer la prison.
Comité de soutien à Kirill Serebrennikov : Didier Deschamps, Olivier Py, David Bobée, Macha Makeïeff, Agnès Tricoire, André Markowicz Benoît André, Philippe Chamaux, Agnès Troly, Paul Rondin.