LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous :Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou car...

Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?
Et si ce n’était pas le sujet ? Il est donné de-ci de-là, dans la presse, communiqué de la Ville, aux comptoirs des bistrots…, des « informations », pour le moins fantaisistes, surprenantes, voire peut-être avec une petite pointe de taquinerie, mais aussi, allez !, un zeste de ma...

Utopia, mon amour !
Courrier reçu de Bernard et Véronique.Mais que se passe-t-il encore dans ma bonne ville d’Avignon ?Mon vieux pote avec qui j’écumais vos salles à leur ouverture, il y a plus de quarante ans, vient de m’en annoncer une bien bonne : l’épatante promenade qu’il avait l’habitude de faire en fam...

Le passage du Verger Urbain V : l’impasse ?
À ceux qui sont partis en vacances et ont décroché des faits divers.Vous l’avez sûrement remarqué, le Verger Urbain V a été refait : plus de terrain vague mais un jardin flambant neuf, beau passage pour aller le soir à la Manutention et même continuer en longeant la prison jusqu’au fleuve....

ET MAINTENANT ! NOUS VOUS PROPOSONS DE SIGNER MASSIVEMENT LA PÉTITION !
Affirmez votre refus de nous voir remisés au fond d’un cul de sac et votre droit de nous rendre visite, comme celui de transiter, en journée comme en soirée par le passage du verger. Dans notre optimisme béat nous espérons des milliers de signatures, montrez que nous sommes timorés et que ce sera de...

LE POIRIER SAUVAGE

Nuri Bilge CEYLAN - Turquie 2018 3h08 VOSTF - avec Aydin Dogu Demirkol, Murat Cemcir, Bennu Yildirimlar, Hazar Ergüçlü, Serkan Keskin... Scénario de Alin Aksu, Ebru Ceylan et Nuri Bilge Ceylan.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE POIRIER SAUVAGESur les hauteurs pastorales de la région des Dardanelles, isolé sur une petite colline aride aux couleurs automnales, se dresse un poirier sauvage. On ne prétendra pas que c'est le personnage principal mais on peut avancer qu’il renferme l’essence même de ce film-fleuve magistral. D’une part, c’est pour le cinéaste turc Nuri Bilge Ceylan – formaliste exceptionnel – l’opportunité de réaffirmer son attachement à la beauté des paysages, à la terre, à l’influence des saisons et de leurs lumières changeantes sur la nature humaine. Et puis cet arbre « noueux et tordu » comme le décrira un personnage, c’est aussi pour Ceylan l’occasion de symboliser l’ambition inouïe de son film : atteindre la description la plus dense et la plus fidèle de la complexité humaine. Le Poirier sauvage est à cet égard une œuvre d’une profondeur vertigineuse sur les espoirs et les désillusions de Sinan, jeune aspirant écrivain et probable futur instituteur comme son père. De retour chez lui après ses années d’études à Çanakkale, au contact de sa famille, de ses anciens amis et des habitants de la ville, Sinan prend le pouls d’une vie dont il voudrait s’évader, en même temps que s’exercent sur lui les forces qui l’empêchent de déterminer seul son destin. Le film est composé de longs dialogues passionnants (comme l’était déjà le magnifique Winter Sleep, disponible en Vidéo en Poche) que Ceylan anime d’une mise en scène virtuose, et on plonge dans les trois heures de ce Poirier sauvage avec la certitude d’assister à une fresque intime d’une richesse rare, tendue vers un final bouleversant d’intensité. 



En quelques années, Sinan s’est forgé une ambition d'homme de lettres mais, nécessité faisant loi, il s'apprête à passer le concours d’instituteur. En attendant, il tente de publier à compte d’auteur son premier recueil, sorte d’essai personnel inspiré de la culture régionale (dont l'un des symboles pour lui est justement le fameux poirier sauvage…). La modeste levée de fonds qu'il entreprend amènera Sinan à côtoyer divers notables locaux ainsi qu’à revoir les lieux et les gens qui ont marqué son enfance. C’est ainsi qu’à la fontaine, sur les hauteurs du village, il croise la belle Hatice. Si jeune il y a encore peu de temps, Sinan n’en revient pas de la femme qu’elle est devenue. Mais surtout, il mesure pour la première fois l’écart entre la vie à laquelle il aspire et ce que la réalité offre à ceux qui sont restés au pays. Promise à un mariage de raison, Hatice rêve elle aussi d’un autre destin et n’hésite pas à renvoyer à la figure de Sinan son dédain pour cette petite vie. Cette rencontre fabuleuse, conclue par un baiser à l’ombre des feuilles dorées, donnera à Sinan le goût de l’amertume qui dès lors ne le quittera plus. Auprès du maire, de ses anciens amis devenus imams ou de la célébrité littéraire locale – autant de piliers de la société turque actuelle –, Sinan fait preuve d’une intransigeance souvent arrogante. Par peur ou par doute, il ne parvient pas à se débarrasser de cette aigreur qui l’amène à soulever des querelles avec presque chaque personne rencontrée. 
Et puis il y a ce père, maître d’école proche de la retraite, à qui Sinan ne voudrait surtout pas ressembler. Petit homme au rire malin, piqué par la mélancolie et le démon du jeu, ce père inconséquent, criblé de dettes auprès du village tout entier, ne cesse de faire croire qu’il emmènera bientôt sa famille s’installer paisiblement dans la maison de campagne qu’il fait mine de retaper sans la moindre efficacité. « Quand il était petit, il s’est endormi dans le champ. Je l’ai découvert le visage couvert de fourmis, il lui en est sorti des narines pendant trois jours » raconte le grand-père. Ce personnage fascinant, espiègle insaisissable et sûrement moins lamentable que la réputation qui lui colle aux basques, est la clef de voûte de tout le film. Le lent changement de regard du fils sur le père va amorcer, pour le premier, une tragédie intime.

Sans la moindre complaisance à l’égard de ses personnages, Nuri Bilge Ceylan amène le spectateur à constamment enrichir sa perception des choses, jusqu’à atteindre l’intimité de chacun dans toute son épaisseur. Et, disons-le, il faut une sacrée dose de génie pour transmettre avec tant de subtilité l’immense palette des sentiments humains. Saisis dans leurs vérités et leurs contradictions, un début de ressemblance apparaît entre Sinan et son père. Mais voilà que l’automne touche à sa fin. Au seuil de sa vie d’homme mûr, Sinan doit faire ses choix. L’hiver, espérons-le, portera conseil.