LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ÇA NE PASSE PAS !
Nous vous avions annoncé dans notre dernière gazette Une Soirée de clôture pour l’ouverture pour la deuxième quinzaine de juin. Tout devait être réglé, les habitants et visiteurs du quartier de la Manutention, les festivaliers, tout le monde retrouverait la liberté de circuler le soir et le bonheur ...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : DE L’ABSURDE FAISONS TABLE RASE !
Jamais l’ambiance d’une assemblée générale du collectif n’a été aussi détendue. Détail important : les termes d’arbitraire, grotesque, ubuesque,….pour qualifier la décision de fermeture du passage ont cédé la place à des propos conciliants, bienveillants et un tantinet vigilants pour...

Le passage du Verger Urbain V : le dénouement ?
Rappel pour celles et ceux qui ont pris 9 mois de vacances.Le Verger Urbain V, passage principal pour accéder au quartier de la Manutention est, depuis juillet 2018,  géré par les services des jardins de la ville et se trouve fermé théoriquement à 20h00 (mais de fait plutôt vers 19h30) l’hiver ...

ZONE DE DISCUSSION, DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS.
FERMETURE DU VERGER D’URBAIN VN’hésitez pas à donner votre avis et à nous aider à trouver des solutions en vous exprimant sur ce billet.  Voir les textes ci-dessous : Urbain V, le pape de la discorde, et si ce n’était pas le sujet ?Utopia, mon amour ! Verger Urbain V, écrin ou ca...

À nos amis festivaliers, qu’est-ce donc que Rosmerta ?
Afin de palier aux carences des services de l’État en matière d’hébergement des réfugiés, l’association Rosmerta, composée de plusieurs centaines de citoyens bénévoles, occupe depuis fin décembre un bâtiment de 400 m² pour y mettre à l’abri des mineurs isolés et des familles avec enfants en bas...

SOLLERS POINT - BALTIMORE

Écrit et réalisé par Matt PORTERFIELD - USA 2018 1h41mn VOSTF - avec McCaul Lombardi, Jim Belushi, Zazie Beetz, Tom Guiry...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SOLLERS POINT - BALTIMOREBaltimore est à Matt Porterfield ce que New York était à Martin Scorsese ou à Woody Allen avant qu'ils ne s'internationalisent : le creuset de ses films, une source inépuisable d'inspiration et l'élément déterminant qui donne chair et âme à ses histoires. Vous avez peut-être déjà vu chez nous Putty Hill ou I used to be darker, ses deux films précédents (disponibles en Vidéo en Poche), qui se déroulaient naturellement dans cette ville portuaire du Maryland et qui s'attachaient à des personnages « ordinaires », issus des classes moyennes ou populaires, ceux-là même qui vivaient dans le quartier où a grandi le réalisateur, descendant d'immigrés venus au début au début du siècle travailler dans la sidérurgie, qui assura la relative prospérité de la ville avant de s'effondrer et de la transformer en terrain du chômage de masse.



Keith, 24 ans, revient chez son père à Sollers Point (quartier du Sud-Est de Baltimore, jadis haut-lieu de l'industrie sidérurgique et désormais enclave afro-américaine) après un petit séjour en prison. Keith n'en a pas fini avec la justice, il reste sous surveillance et doit porter un bracelet électronique à la cheville pour quelques mois. On comprend qu'il a jusqu'à présent gâché sa vie, qu'il a été abandonné par sa copine qui ne devait plus supporter ses errements et son comportement cyclothymique. Sans emploi viable, sans perspective aucune, comment retrouver une petite place dans le monde, coincé dans sa chambre d'adolescent où il tourne en rond en écoutant du métal à fond, entre un père trop présent, avec lequel il a toutes les peines à cohabiter, et les membres du gang local qu'il a croisés en prison et qui veulent l’entraîner vers de nouveaux méfaits, agitant sous son nez la tentation facile du deal pour gagner quelques sous ?
Porté par une très belle mise en scène qui restitue magnifiquement l'atmosphère collective du quartier aussi bien que les sentiments, les questionnements, les tâtonnements individuels de quelques personnages très attachants, le film est sublimé par l'interprétation remarquable et le charisme du jeune McCaul Lombardi (vu l'an dernier dans l'épatant Patti Cakes). Il forme avec l'étonnant Jim Belushi un duo fils-père dont la relation est aussi compliquée qu'émouvante, notamment dans cette très belle scène où le père, protecteur mais à bout de nerfs, tente de convaincre l'ex petite amie de ne pas porter plainte contre son fils. Le regard que Matt Porterfield porte sur eux et sur quelques figures de leur entourage – pas forcément des enfants de chœur ! – est d'une permanente justesse, faisant preuve d'autant de lucidité que de compréhension, écartant tout jugement, tout manichéisme. Sollers Point – Baltimore est un film profondément authentique, profondément honnête, c'est pour cela qu'il nous touche autant.