LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Mais jusqu’à quelle heure peut-on transiter par le Verger Urbain V ?
C’est la question que vous nous posez souvent à la caisse du cinéma, ne sachant pas si vous trouverez porte ouverte ou porte close  et si vous devrez faire demi-tour. C’est (toujours) vrai qu’aucune information claire n’a été apportée sur les panneaux d’entrée  du Verger Urbain V… 20h ...

CAFÉ ROMA (ancien restaurant La Manutention) va enfin ouvrir ses portes !
Les « menus » travaux, comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernière gazette vont être terminés ! Menus ? Pas tant que ça finalement :la peinture refaite, le mobilier changé, la cuisine réagencée, les nouvelles machines installées, les nouveaux menus édités… et puis é...

LE PASSAGE DU VERGER URBAIN V : C’EST LE BON SENS !
Belle soirée festive organisée par le Collectif 23h59, le 12 septembre dernier, dans le jardin du Verger Urbain V. Une réussite au-delà de nos espérances, qui attestait du plaisir des participants de pouvoir à nouveau emprunter le passage le soir, librement. Le dialogue avait repris, le bon sens l’a...

Et si on passait à autre chose...
La restauration du jardin Verger Urbain V aura atteint son objectif, au-delà de toutes espérances : le jardin ne désemplit pas durant ces mois d’été, brassant tous les publics. Il est un lieu de vie et de rencontres, à toute heure de la journée et de la soirée. Et qu’importe que le gazon ait sou...

Il y a un an déjà...
Cette année, les organisateurs en ont décidé ainsi, la dernière étape du Tour de France cycliste aura pour cadre la magnifique ville d’Avignon. Le centre-ville, dit « intra-muros », sera le siège d’une épreuve contre la montre individuelle. Après trois tours des remparts de la cité médiéva...

OLEG

Juris KURSIETIS - Lettonie 2019 1h47 VOSTF - avec Valentin Novopolskij, Dawid Ogrodnik, Anna Prochniak... Scénario de Juris Kursietis, Liga Celma-Kursiete et Kaspar Odins.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

OLEG« Je suis un éternel étranger » soupire Oleg, ouvrier boucher à la poursuit
d'un avenir un peu meilleur, ballotté par-delà les frontières jusqu’au centre de l’Europe, en plein Bruxelles. Oleg vient de Lettonie, mais il appartient à une communauté russe qui, suite à un dédale historique et administratif, s’est retrouvée privée de nationalité après l’indépendance du pays. Il n’existe pour ainsi dire même pas dans le pays où il est pourtant né. Comment quitter légalement un pays quand on n’a même pas de papiers pour voyager ? Pour tenter de trouver sa place et tout simplement survivre, Oleg n’a que l’exil et la clandestinité.



« C’est une histoire pleine de dangers » nous prévient d’emblée une voix off. Le chemin de la libération est en effet semé d’embûches pour un innocent agneau prêt à être sacrifié comme dans le récit biblique. Placée en introduction, cette parabole maousse pourrait faire craindre que le parcours d’Oleg tourne au chemin de croix manichéen. Mais le film a bien plus de nuances que ça dans son sac. Oleg n’est pas un personnage- prétexte à la Tintin comme on en trouve dans trop de mauvais films sociaux. Émouvant dans son incapacité à interagir avec son environnement, ainsi que dans son désir de s’élever au-dessus de son invisibilité sociale, le personnage est porté par le charisme de son interprète Valentin Novopolskij. Oleg débarque en Belgique avec un groupe de travailleurs autorisés officiellement à travailler dans une usine à viande. Injustement renvoyé à la suite d’un accident du travail et d’un mensonge du vrai fautif, un employé polonais, Oleg se retrouve dans une situation désespérée car il n’a plus le droit de travailler en Belgique alors que sa grandmère et lui sont lourdement endettés en Lettonie. Mais un sauveur se présente en la personne du Polonais Andrzej (Dawid Ogrodnik), qui affirme vouloir faire pardonner la faute de son compatriote en fournissant à Oleg un travail et un passeport.

Oleg déménage donc dans une maison peuplée d’ouvriers polonais, mais il s’aperçoit assez rapidement que son nouveau protecteur est beaucoup moins bienveillant qu’il n’y paraît et de fait il devient prisonnier d’une situation de plus en plus dangereuse… Le récit est nerveux, parfois éprouvant dans son injustice, mais vogue sur une intranquillité enivrante, une ambiguïté qui prend chair dans le personnage d’Andrzej, grand méchant loup aussi séduisant que terrifiant. Outre le travail scénaristique, c’est la caméra qui d’emblée semble prendre sur elle de porter ce va-et-vient entre instabilité et désir d’élévation. Jamais très loin d’Oleg (au point de parfois rendre flou le décor autour de lui), elle flotte légèrement au dessus du sol, comme si elle titubait ou qu’elle était sur le point de s’envoler. L’effet est saisissant, comme si l’on voyait Oleg se débattre depuis l’au-delà, ou depuis les yeux d’un ange gardien. Il se dégage d’Oleg une ivresse cruellement amère, mais le film nous laisse un vasistas qui serait toujours ouvert vers le ciel. Claustrophobe et pourtant déjà dans les airs, le film entier tangue sur cette ambivalence, comme une danse triste et fascinante.

(G. Coutaud, lepolyester.com)