LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

TEMPURA

Akiko OHKU - Japon 2021 2h13 VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TEMPURANote liminaire à l’intention de celles et ceux pour qui la gastronomie ne s’envisage guère en dehors de la blanquette de veau ou du bœuf en daube : le tempura est un classique de la cuisine japonaise, un beignet à base de légumes ou de poisson, à la pâte divinement légère (donc pas facile à réussir).
Cette précision culinaire apportée, venons-en à Mitsuko, l’héroïne de notre film.
À 31 ans, cette employée de bureau consciencieuse vit dans sa bulle : on peut dire sans exagérer qu’elle a toujours eu quelques difficultés avec les relations humaines. Au cœur d’un Tokyo trop grand pour elle, elle suit avec passion des cours de cuisine, dont elle tire des recettes qu’elle peaufine à l’abri de son petit appartement douillet. En célibataire somme toute épanouie (elle n’a cure qu’on la traite épisodiquement de « makeinu », terme familier et péjoratif utilisé au Japon pour désigner les femmes non mariées de plus de 30 ans : le mot implique que ces « vieilles filles » ont perdu un chien, autrement dit un homme !), elle se fixe chaque jour de nouveaux défis jusqu’à celui, inédit… d’inviter un garçon à dîner !
Mitsuko réfléchit trop, beaucoup trop. Ses pensées n’ont de cesse de converser à travers des échanges pas toujours simples avec une voix (d’homme) intérieure, qui est rarement d’accord avec elles. Si bien que si Mitsuko arrive par son raisonnement personnel à une vérité, il n’est pas rare que, la minute d’après, elle soit amenée par la voix volontiers influenceuse à penser exactement le contraire ! Comme suggéré plus haut, la jeune femme peine à s’émanciper de cette peur universellement répandue : celle de la connexion avec l’Autre. Mais avant de s’ouvrir à l’autre, il faut d’abord qu’elle s’ouvre à elle-même, à ses désirs, à ses aspirations, à ses convictions… Dans un Tokyo pourtant surpeuplé d’âmes aussi solitaires que la sienne, Mitsuko, quoique belle, intelligente, inspirante, est totalement livrée à elle-même. Jusqu’à sa rencontre avec Tada, un collègue de bureau qu’elle n’avait jamais remarqué, sans doute parce qu’il est nettement plus jeune qu’elle…

On ne compte plus les films japonais qui nous ont régalés et dont on parle avec gourmandise car ils épicent nos existences. La liste est longue des titres dont la simple évocation met les papilles en émoi : du délicat repas préparé pour sa grand-mère par Takumi dans La Saveur des ramen (2018) jusqu’aux délicieux dorayakis d’une mamie-gâteau dans Les Délices de Tokyo (2015). S’il y a bien un pays qui excelle dans l’art de rendre son cinéma savoureux, c’est celui dont la cuisine washoku est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Dans Tempura, on ne compte plus les séquences culinaires, toute la cristallisation amoureuse entre Tada et Mitsuko opérant autour de ses plats, passerelles timides de leur affection respective.
Tempura est par ailleurs une comédie au potentiel imaginatif aussi exalté que celui de sa protagoniste, échappant ainsi au formatage, aux stéréotypes. Akiko Ohku donne ici autant d’importance à l’introspection qu’à l’expression, incitant ses personnages à résoudre leurs mutines équations intérieures pour mieux s’épanouir… Un film touchant, sans cynisme, vivifiant, alliant romance et film conceptuel. La réalisatrice donne à son récit un ton d’une absolue liberté, qui fait de Tempura une fable touchante et toujours savoureuse… Avec son humour décalé, elle rappelle que nous pouvons être à la fois notre pire ennemi et notre meilleur allié. (merci à O.J. des Saisons Hanabi)