LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

LA GRANDE CHAMAILLE

Également au programme - CRESCENDO

L’ÉNERGIE POSITIVE DES DIEUX

Écrit et réalisé par Laetitia Møller - France 2021 1h10 - avec les membres du groupe Astéréotypie...

Du 26/09/22 au 10/10/22

L’ÉNERGIE POSITIVE DES DIEUXLeur musique est une déferlante de rock électrique. Leurs textes assènent une poésie sauvage. Accompagnés de quatre musiciens, Stanislas, Yohann, Aurélien et Kevin sont les chanteurs du groupe Astéréotypie. Rejoints à l’occasion par une cinquième, Claire (notamment dans leur dernier album au titre imparable : Aucun mec ne ressemble à Brad Pitt dans la Drôme). C’est un cri de liberté emportant tout sur son passage que restitue ce formidable documentaire débordant d’énergie et d’humour, qui capte le quotidien de ce groupe de rock hors du commun, entre répétitions, créations, représentations et questionnements personnels.



Issus d’un Institut Médico-Educatif, ces jeunes autistes, tous différents, portent en eux un univers qui leur est propre, et qu’ils répercutent au cœur de leur processus créatif. Encouragés par Christophe L’Huillier, un musicien-éducateur plus passionné d’art brut que de techniques éducatives, ces 4 fantastiques dévoilent alors une impressionnante capacité d’écriture et d’interprétation de leurs textes. Christophe est à la fois celui qui transforme, canalise et surtout celui qui lit entre les lignes, décryptant ce qu’il se passe dans l’esprit de ces jeunes qu’il connaît intimement. Il est le premier à déplacer son regard et sa médiation nous aide à changer d’optique. « Tout ce qui nourrit leur imaginaire se retrouve dans leurs textes », souligne la réalisatrice Laetitia Møller. « Yohann, par exemple, est passionné par les transports et les présentateurs de télévision. Stanislas connaît par cœur tout ce qui se rapporte aux présidents de la République, aux Citroën C5, aux avions et il est fasciné par les Américains… » Et elle ajoute : « En les découvrant, j’ai été saisie d’une violente émotion. Ce groupe que je savais composé d’autistes défiait toutes mes représentations. Ils dégageaient une énergie brute. Ils n’interprétaient pas la musique, ils l’incarnaient. Il se passait là, sous nos yeux, quelque chose auquel nous n’étions pas habitués, quelque chose de puissant et fragile à la fois. L’émotion qui est venue me percuter ce jour-là est le point de départ de ce documentaire. »

L’authenticité du film tient en effet dans le fait de montrer des autistes sans jamais tomber dans le pathos. La réalisatrice porte ainsi un regard juste et sensoriel sur ses personnages et donne à voir leur puissance : la façon dont Stanislas projette les mots dans l’air comme des uppercuts, celle dont Yohann se laisse habiter par les vibrations de la basse. L’Énergie positive des dieux (plus beau titre de film de l’année, non ?) est une invitation à modifier notre vision des choses : il ne s’agit pas ici de voir comment des autistes pourraient s’adapter à notre société, mais bien de nous interroger sur leur singularité et sur notre propre (a)normalité. Puissant, captivant, touchant et terriblement rock’n’roll !