LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

UN CINÉMA UTOPIA À TROYES DES NOUVELLES DU PETIT NOUVEAU
Citoyens inconnus ou reconnus, journalistes indépendants, petites mains de l’ombre… que serait-on sans vous ?Pour ceux qui auraient loupé quelques épisodes entre deux festivals, deux confinements ou une déclaration de Poutine, rembobinons l’histoire…L’action débute en l’an 2019 après JC, toute l...

LA MÉNARDIÈRE Un habitat partagé à Bérat, entre Toulouse et l’Ariège
C’est un rêve, modeste et fou… Parvenus à l’âge où les clairons sonnent la retraite, une poignée de filles et de garçons se sont mis en tête d’inventer une alternative à ce que la société propose à ses vieux : ne pas vivre seuls, ne pas finir dans une de ces horribles institutions où il ne rest...

Cannes, c’est plus ce que c’était !
C’est tous les ans ou presque la même rengaine. Cannes, ma bonne dame, c’est plus ce que c’était : la sélection n’est vraiment pas terrible, le palmarès est complètement naze, tout ça c’est copinage et compagnie, bref le festival part à vau-l’eau… Sauf ces deux dernières années, pour des raison...

ROSMERTA, une belle aventure humaine à Avignon, qui continue contre vents et marées.
Suite à une réquisition citoyenne en 2018, le lieu Rosmerta est né et depuis, il donne un toit à près d’une quarantaine de jeunes mineurs isolés et des familles avec enfants en bas âge. L’association qui le gère, composée exclusivement de bénévoles, aide près de 50 personnes sans aucun soutien des p...

RODÉO

Lola QUIVORON - France 2022 1h45 - avec Julie Ledru, Yanis Lafki, Antonia Buresi, Cody Schroeder, Louis Sotton... Scénario de Lola Quivoron, avec la collaboration d’Antonia Buresi. Festival de Cannes 2022 - Un certain regard, Coup de cœur du jury.

Du 07/09/22 au 04/10/22

RODÉOJulia vit de petites combines et voue une passion dévorante, presque animale, à la pratique de la moto. Un jour d’été, elle fait la rencontre d’une bande de motards adeptes du cross bitume et infiltre ce milieu clandestin, constitué majoritairement de jeunes hommes… Moteurs pétaradants, wheeling sur le bitume chaud, crissements de pneus, la caméra de Lola Quivoron nous plonge au cœur d’une communauté où tout se vit à 100 km/h.

Dans cet environnement grandement masculin, les schémas de la déconstruction n’ont pas encore commencé à infuser. Les femmes sont des « putes », on se salue en s’insultant et la camaraderie prend bien souvent des airs de règlements de compte. C’est dans ce monde ultra-testostéroné que débarque Julia, avec son style de mec et ses punchlines aux mots rarement délicats. Elle connaît les pistons et la mécanique des motos comme personne. Elle le dit elle-même, elle a grandi avec « une bécane entre les jambes ». Et sa persévérance va payer car suite à un évènement dramatique, elle se voit enfin offrir la possibilité de rejoindre la bande des B-More.



D’un scénario relativement concis et linéaire, la réalisatrice tire une bouillonnante chronique sociale, flirtant avec le thriller lorsque la violence rôde. Électrique et vrombissant, le film réjouit lorsqu’il se focalise sur les interactions entre sa protagoniste et ces hommes pour qui la présence d’une femme était contraire à leur ordre. Mais en ridant à leur côté, elle va d’abord se faire une place en tant que « frère », avant de réussir à s’imposer par sa personnalité, celle d’une ado ayant dû grandir trop vite, rejetée par sa famille et moquée pour ses hobbies.
Premier film d’une maîtrise de mise en scène assez impressionnante, Rodeo révèle une actrice étonnante, Julie Ledru, ainsi que tout un groupe de comédiens débutants ou non professionnels. La rage et l’énergie de l’ensemble font vite oublier les défauts de la première œuvre et la maîtrise plus imparfaite des sous-intrigues au-delà de l’asphalte, maintenant le spectateur en apnée. Un début de carrière sur les chapeaux de roues ! (C. Brangé, abusdecine.com)

« On a très vite associé mon film aux rodéos urbains, aux rodéos sauvages, des termes qui qualifient une pratique dangereuse, qui a lieu sur la voie publique, au milieu des voitures et des piétons. Or je ne mets en scène aucun rodéo urbain. On ne voit pas de riders rouler en ville dans mon film, pas non plus de course-poursuite avec la police qui n’apparaît jamais.
« Il s’agit dans mon film de cross bitume, aussi appelé bike life. Il y a plusieurs manières de pratiquer le cross bitume. Celle que je connais le mieux et que j’ai longuement investie, c’est celle qui se déploie sur des routes sans circulation, qui sont parfois à des kilomètres des centres-villes. Les riders se rendent en groupe sur ce qu’ils appellent des lignes d’entraînement, avec leur camion, dans lequel ils chargent leur bécane. Ils évitent ainsi d’emprunter la voie publique sur leur engin non homologué, et de s’exposer aux multiples dangers que cela implique. Ces lignes d’entraînement sont des routes, sans passage de piétons, ni de voitures, très souvent situées dans des zones industrielles ou sur des pistes bitumées en pleine campagne. Ce sont des espaces vides qu’ils occupent et s’approprient le temps d’une journée.
« Ce sont ces passionnés-là, acrobates virtuoses du bitume, qui m’ont intéressée et que je mets en scène dans Rodeo. On ne peut pas dire que je fais l’apologie du rodéo urbain et sauvage puisqu’il n’y en a tout simplement pas dans mon film. »(Lola Quivoron, leparisien.fr, 25 juillet 2022)