LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

ENSEIGNANTES, ENSEIGNANTS ! Vous pouvez organiser des séances scolaires en matinée.
Nous pouvons organiser des séances à la carte pour vos classes, en matinée. Vous trouverez une liste des films programmables sur notre site internet, rubrique « Jeune public et scolaires »/ “D’AUTRES FILMS POUR LES SCOLAIRES”  Pour les maternelles : Zébulon l...

La Ménardière : un habitat partagé en construction…
À Bérat, à mi-chemin entre l’Ariège et Toulouse, la Ménardière est un beau domaine aux multiples possibilités. Acquis en 2019 par une douzaine de personnes au bord de la retraite qui refusaient le destin peu folichon, que nos sociétés réservent à leurs vieux : ni solution privée au coût e...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

TOUT VA BIEN, TOUT VA MAL
Prix des places de cinéma : les salles abusent-elles sur les tarifs ?  Ainsi s’interrogent ces temps-ci la presse et les émissions spécialisées sur la culture, le cinéma, le panier des ménages… ce dernier serait lourdement touché par les politiques tarifaires extravagantes pratiquées ...

GRAND MARIN

Dinara DRUKAROVA - France / Islande 2022 1h23 VOSTF - avec Dinara Drukarova, Sam Louwyck, Björn Hlynur Haraldsson, Hjörtur Johann Jonsson, Dylan Robert... Scénario de Dinara Drukarova, Raphaëlle Desplechin, Léa Fehner et Gilles Taurand, d’après le roman Le Grand marin de Catherine Poulain.

Du 11/01/23 au 07/02/23

GRAND MARINQue ça fait du bien un beau personnage de femme libre, énergique, aventureuse, l’un de ceux dans lequel nous pouvons toutes et tous nous reconnaître, qui donne envie de lui ressembler, même si on est un homme. Lili ne fait pas partie de celles qui minaudent, enjôlent avec des tsunamis de sourires et pourtant, quand ils surgissent, ses sourires, ils sont comme des illuminations de Noël. Chaleureux, éclatants, ils viennent d’un cœur vaillant. Des sourires qui ne quémandent pas, n’attendent rien en retour, à l’instar de notre héroïne qui ose là où tant d’autres se contentent de rêver. On ne devinerait pas en voyant ce petit brin de gonzesse, fluette comme un moineau (ce qui deviendra son surnom) qu’il y a tant de détermination, tant de force dans ses bras discrètement musclés. Sur le pont du paquebot qui l’emmène vers une aventure lointaine, on aurait presque peur qu’une bourrasque l’emporte telle une plume au vent, trop légère pour résister aux caprices du temps.



Alors forcément, quand, parvenue dans la sublime et rude Islande, Lili déclare à qui veut l’entendre qu’elle veut devenir marin pêcheur, ils ne sont pas légion à la prendre au sérieux. C’est qu’ils en ont vu défiler de ces touristes présomptueux venus de pays douillets, amateurs de sensations fortes qui se sont fait balayer d’un simple revers de tempête force 1. Ici on connaît le prix de la survie et on préfère laisser chaque intrus en prendre la mesure avant qu’il ne soit trop tard, qu’il ne puisse plus rebrousser chemin indemne et que s’achève dans la douleur un voyage sans retour. Ainsi la compassion ne semble pas transpirer des mains rugueuses du peuple de la mer, habitué aux morsures de la vie et des éléments. Gueules burinées, gestes musclés transpirent d’une forme de brutalité sauvage.
Pourtant un regard aussi acéré que celui d’un aigle va s’intéresser à Lili. Ian, vieux loup de mer, skipper insatiable, la jauge, la scrute comme pour sonder son âme. Et contre toute attente, au corps défendant de son équipage, il lui donne sa chance. Voilà notre frêle « moineau » embarqué dans un monde plus mâle encore que celui de la terre ferme, sur un chalutier dont le nom est déjà tout un programme : « Le Rebelle ». Nul ne lui fera de cadeau, pas plus qu’elle ne s’en fera à elle-même. Chacun voguant dans sa tête, solitaire, formant une étrange communauté de cœurs battant à l’unisson des vagues, épris de liberté, de fuite en avant. Tous aussi taiseux les uns que les autres sur leur passé, leur vie ailleurs.

Évidemment, les paysages, sur terre comme sur mer, sont grandioses, et magnifiquement filmés. Leurs déchaînements nous bouleversent comme si on y était. Il faut souligner que le chef opérateur est celui d’Aki Kaurismaki : le finlandais Timo Salminen. On se prendrait à grelotter avec ces corps, si forts, si fragiles, qui se battent, se confrontent aux éléments. Quelque chose de subtilement universel et égalitaire transpire de ce premier film vivifiant, galvanisant, réalisé par la magnifique actrice Dinara Drukarova, qui réussit le tour de force d’interpréter le premier rôle tout en dirigeant un tournage qui n’a pas dû être de tout repos. Une femme est à la barre et tous la suivent comme un seul homme !