AVIGNON

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance avant 13h : 5€
Moins de 18 ans : 5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

La Paix, éternelle Utopie ?
Pas facile de décrypter le chaos du monde pour les spectateurs, plus ou moins lointains, que nous sommes, face aux faits tragiques qui nous submergent en avalanche via la presse, les réseaux sociaux, vraies ou fausses nouvelles… Et c’est dans ces moments-là que nous avons encore plus envie de croire...

LES SALLES UTOPIA SE METTENT AU VERT
Vous y croyez, vous, au bon sens qui voudrait que partir se bronzer les fesses à l’autre bout du monde  avec des avions Macron volant avec du bio kérozène made in France serait bon pour votre corps et la planète ? Cela ne ressemblerait-il pas étrangement au discours tenu il y a quelqu...

Rosmerta continue ! Vous connaissez l’histoire ? 
Depuis les débuts, et même avant, Utopia Avignon suit l’histoire de près ! Ça fait presque cinq ans qu’on vous en parle dans nos gazettes, à chaque rebondissement. Ce qu’il s’est passé depuis 2018 : réquisition citoyenne d’une école vétuste appartenant au diocèse, procès et appel...

La LDH, attaquée, appelle au combat pour les libertés et la démocratie
Le ministre de l’intérieur menace de lui supprimer ses subventions, la première ministre lui reproche ses « ambiguïtés », d’autres polémistes de droites extrêmes leur faisant écho.Si on peut reprocher quelque chose à la LDH, c’est la constance de ses positions et de ses combats. Créée en 1...

Soutenez Utopia Palmer

L’ÎLE ROUGE

Robin CAMPILLO - France / Madagascar 2023 1h57 - avec Nadia Tereszkiewicz, Quim Guttierez, Charlie Vauselle, Sophie Guillemin... Scénario de Robin Campillo, avec la collaboration de Gilles Marchand et Jean-Luc Raharimanana.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ÎLE ROUGEAh, le temps béni des colonies ! Ça c’est une chanson, ça c’est une époque ! Un paradis perdu… mais surtout un paradis volé comme le décrit si bien Robin Campillo – réalisateur entre autres du formidable 120 battements par minute – dans son nouveau film. Une œuvre lumineuse et obscure à la fois, politique et sensorielle, qui documente et questionne avec puissance un pan sombre de notre histoire : la colonisation africaine. Pour cela, le cinéaste est allé puiser dans ses propres souvenirs. « C’est comme si mon enfance avait été en quelque sorte conditionnée par les considérations géostratégiques de la France. Mon père était sous-officier dans l’Armée de l’Air française. Mes parents, mes frères et moi sommes tous nés au Maroc et avons vécu en Algérie par la suite. Notre dernière destination a été la base militaire 181 d’Ivato, à Madagascar. » C’est dans ce pays, au début des années 1970, que se déroule l’histoire de L’île rouge. Surnom donné à Madagascar à cause de la latérite, une roche rouge qui colore les plateaux et les routes de l’île.



Thomas, enfant observateur et lunaire, vit sa vie de petit garçon, partagé entre ses lectures passionnées de Fantômette (super héroïne aux aventures rocambolesques) et l’exploration espiègle de l’île en compagnie de son amie Suzanne. Il est le petit dernier d’une fratrie de 3 garçons, entouré de Colette (Nadia Tereszkiewicz) une mère aimante et protectrice mais parfois étrangement solitaire et mélancolique, si jeune qu’elle pourrait être sa grande sœur, et Robert (Quim Gutierrez), son père, militaire de carrière qui incarne pour Thomas à la fois un modèle masculin dont il ne se sent pas très proche et une forme de virilité qui le fascine. Autour de cette famille gravite d’autres personnages, comme les Guedj, un couple d’amis toujours enjoués (trop peut-être aux yeux de Thomas, comme s’ils surjouaient tous les deux un peu leur bonheur), et Bernard, le jeune militaire, fraîchement débarqué de France, qui travaille au mess des officiers. Lui tente de s’adapter, avec une naïveté profonde, au monde qu’il découvre. Marié à Odile, qui ne supporte pas cette vie d’expatriée, il part rejoindre à la nuit tombée Miangaly, une jeune et belle ouvrière malagasy rencontrée dans la base militaire.
Si la semaine, la vie des adultes est conditionnée par les activités de la caserne et les manœuvres de parachutage des soldats dans les campagnes malgaches, le dimanche en revanche, tout le monde se retrouve le temps d’un repas dans la belle et grande maison familiale des parents de Thomas avant de partir pour les plages paradisiaques de l’océan Indien. Alors que le soleil couchant éclaire une dernière fois ces décors exotiques, des rumeurs d’insurrection de la population dans les villes et dans les campagnes semblent annoncer l’inévitable : le retour forcé en France.
« Tous les adultes qui entourent l’enfant vivent dans l’illusion coloniale » dit Robin Campillo, comme s’il fallait pour chacun se convaincre qu’il est à sa place au milieu d’un décor qui n’est pourtant, de fait, pas le leur. Il ajoute : « Les Malagasys sont comme des figurants qu’on aperçoit à peine. Personne ne fait attention à eux jusqu’au moment où ces figurants deviennent les protagonistes de leur propre histoire. Le film rejoue ainsi la cruauté de la colonisation. Je voulais faire sentir qu’on ne volait pas seulement des ressources, on volait aussi les nuages dans le ciel, les paysages… Alors que notre présence dans ce pays avait une raison très simple : la France voulait garder une place stratégique dans l’océan Indien. »

Magistralement filmé et scénarisé, L’Île rouge démontre encore une fois tous les talents de conteur de Robin Campillo qui, par touches délicates, humanise chaque scène et nous immerge totalement dans cette époque et dans la vie de ses personnages.