LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements en chèques, espèces et carte bleue)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE
Crowdfunding sur Ulule - cliquez sur « me prévenir du lancement » ou écrivez nous à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org... Lire SOUTENEZ LE FUTUR UTOPIA DANS L’AUBE...

La Covid, la Ligne 5, le « Learning center » et UTOPIA
La Covid, la Ligne 5, le « Learning center » et UTOPIALes médias en auront fait leur feuilleton de l’été : la culture est au plus mal et le cinéma carrément à l’agonie. Impossible d’ouvrir un journal, d’allumer la radio ou de jeter un œil sur le fil de son réseau social préféré, sans e...

CALENDRIER - ACCESSIBILITÉ PMR partie 10
Chers spectatrices et spectateurs : Pour vous parler de l’avancée des travaux au cinéma et alentours, et suivre ainsi le fil de la construction de cette future ligne de tram : Les travaux de la terrasse sont terminés. Les travaux de la rampe PMR sont terminés. Les travaux de l’escalier sont term...

LES FEUX DE LA RAMPE

(Limelight) Écrit et réalisé par Charles CHAPLIN - USA 1952 2h27mn VOSTF - avec Buster Keaton, Claire Bloom, Sydney Chaplin, Charles Chaplin...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES FEUX DE LA RAMPELes feux de la rampe aurait pu être le dernier film de Charles Chaplin. Le réalisateur en a encore tourné deux ensuite, en Europe, mais Limelight, sorti en 1952, sonne comme son testament. Triple testament même que ce film. Celui d’un clown, Cravero, dont le nom suffisait jadis pour remplir les salles et qui doit aujourd’hui en changer pour décrocher de petits contrats. Celui d’un réalisateur, Chaplin, blessé par l’échec public de son film précédent, Monsieur Verdoux. Celui d’un homme enfin, qui reconstitue en studio le Londres de son enfance et qui fait jouer sa famille pour travailler dans la douceur. En grande partie autobiographique, le film porte en lui une profonde tristesse, mais une grande tendresse aussi. Chaplin émeut, tire les larmes, s’étale un peu, en rajoute trop par moments dans les sanglots et la morale, fait rire aussi, comme Cravero qui revit le temps d’une soirée de gala dans laquelle il laissera son cœur fatigué. L’acteur qui joue son partenaire ce soir-là a lui aussi été roi et son nom a également disparu des affiches : Buster Keaton. Pas de doute, Les feux de la rampe est bien, comme le souligne Bertolucci, « la recherche du temps perdu de Charles Chaplin ». (avoir-alire.com)