MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

FRÈRE ET SOEUR

Écrit et réalisé par Arnaud DESPLECHIN - France 2022 1h47mn - avec Marion Cotillard, Melvil Poupaud, Golshifteh Farahani, Patrick Timsit, Benjamin Siksou, Saverio Maligno, Max Baissette de Malglaive... Sélection officielle, en compétition, Festival de Cannes 2022.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FRÈRE ET SOEURDes chuchotements dans le noir. Quelques mots, délicats. Avant même que l'image n'apparaisse, le spectateur est confronté au deuil. On songe aux débuts de Desplechin, à La Vie des morts, à La Sentinelle. Mais très vite la tragédie s'éclaire, terrible. L'enfant de la famille est mort. Un homme fait son entrée pour présenter ses condoléances au couple et se fait violemment refouler par le père, hors de lui (Melvil Poupaud, écrivain). Après les chuchotements, les cris, les menaces, l'expression d'une haine. Ancienne. Et puis la découverte de la femme (Marion Cotillard, actrice de théâtre), restée à la porte, en retrait, semi éclairée, et de de ses pleurs. Mais sur qui pleure-t-elle ? En 4 minutes, sans comprendre encore qui est qui, ni pourquoi, le spectateur est bouleversé.
La deuxième séquence n'arrange rien. Une voiture qui dérape. Une jeune automobiliste a perdu son contrôle, sous les yeux de d'un couple de personnes âgées. Sa voiture a heurté un arbre. Violemment. Et voilà que survient un camion à grande vitesse... L'angoisse est grande, la géographie des lieux parfaitement restituée et l'on sait que la mort là aussi va probablement frapper. De nouveau. Mais qui ?

Combien de réalisateurs parviennent à créer une émotion et une tension aussi rapidement ? Combien manient la langue de façon si subtile, si directe aussi, pour dire les sentiments, l'amour et la haine mêlés, la tristesse et la joie confondues ? Ce mélange des émotions est le sujet même du nouveau film d'Arnaud Desplechin, en compétition au festival de Cannes, qui prend tous les risques pour explorer la complexité de l'âme humaine, les tensions qui règnent au sein d'une cellule familiale et la fragilité de l'existence. Compte tenu du désir sans cesse réaffirmé de mettre en scène sa propre vie dans un entrelacs de fictions, d'aucuns chercheront sans doute à y voir un film à clés, la dispute frère /sœur renvoyant probablement en partie aux relations tendues avec sa propre sœur, elle-même artiste reconnue, l'écrivaine Marie Desplechin. On relèvera une inversion des arts, la faute, si faute il y a, relevant ici du romancier et l'on s'interrogera sur la place de la mère et sur la frontière si fine qui sépare les sentiments et les pulsions d'ordinaire considérées comme contraires. Mais l'intérêt principal est une fois de plus davantage artistique que biographique ou psychanalytique. Comme si Desplechin avait ajouté à la sophistication parfois cruelle de ses meilleures fables familiales (Rois et reine, Un conte de Noël), à la puissance romanesque de ses récits de haine (Comment je me suis disputé... ma vie sexuelle), la précision folle et le goût du jeu réaffirmé lors de sa récente adaptation de Philip Roth, Tromperie. Il en résulte un film « plus grand que la vie », où l'on joue en toutes circonstances comme sur une scène de théâtre, où l'on s'aime et se déteste à l'excès, éperdument. A en mourir peut être.

(Stéphane Goudet, Le Méliès de Montreuil / Positif)