LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Gazette post-covid no3
Donc on récapitule : à Avignon, à ce jour en zone rouge, on maintient toujours un fauteuil de libre de chaque côté d’une personne ou d’un groupe et le port du masque est obligatoire au cinéma même pendant les séances. À ce propos nous voudrions rassurer le monsieur de l’autre jour, récalcitrant...

« ciné-déconfiné » Ce qui a changé et ce qu’il faut respecter
• Il y a un décalage entre chaque séance pour que vous vous croisiez le moins possible.•.• Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance..• L’équipe est masquée (mais tout à fait reconnaissable).• L’heure c’est l’heure et VRAIMENT l’heure : aucun retard ne...

Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par Ulule et Lilo !
Après tant de rencontres animées dans nos salles sur l’écologie, on s’est dit qu’il était temps de passer à l’action et d’impulser une véri-table nouvelle génération de ciné-mas respectueux de l’environnement ! ... Lire Utopia est dans le Canard Enchaîné ! Notre futur Utopia écolo retenu par...

L’association 100 pour 1
L’association 100 pour 1 choisit de faire vivre la soli-darité en privilégiant l’action concrète depuis 2016. Grâce à ses adhérents qui s’engagent à verser au minimum 5€ par mois pendant 2 ans, elle procure gratuitement un logement à des familles migrantes sans papiers et les accompagne dans la rech...

Le Collectif 23h59 communique :
Comme annoncé en des temps très anciens datant d’avant le fameux Monde d’après, dans une précédente gazette, le Collectif 23h59 avait décidé de se muter en association pour poursuivre son action dans la continuité de sa propre histoire qui avait jadis duré plusieurs mois. Ces temps de guerre travers...

En collaboration avec la Commission du Film Luberon Vaucluse et le Lycée Mistral. Depuis quelques années nous recevons des élèves d’écoles de cinéma qui viennent parler de leur travail. Cette année la séance aura lieu le lundi 3 février à 18h30, et les films seront accompagnés par Frédérique Hammerli, professeure de cinéma, et les cinéastes. Achetez vos places à partir du 25 janvier.

COURTS MÉTRAGES D’ÉCOLES

Comment passe-t-on du désir de devenir cinéaste à la concrétisation de ce désir ? Qu’est-ce qu’une formation en cinéma en France aujourd’hui ? Comment parvenir à exprimer son univers quand on est apprenti cinéaste ? Parce que ces questions se posent aux lycéens et étudiants qui envisagent de s’orienter dans les carrières techniques et artistiques du cinéma, mais aussi parce que de ces formations sont issus beaucoup des techniciens et cinéastes qui font la force vive du cinéma français contemporain, il nous semble intéressant de découvrir les oeuvres de jeunes réalisateurs qui ont récemment achevé leur formation. Cellesci témoignent de leur talent mais aussi d’un regard déjà personnel sur le monde.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MANO A MANO

de Louise Courvoisier
Film de fin d’études de la CinéFabrique.
Abby et Luca, un couple de portés acrobatiques, vagabonde pour se produire de scène en scène. Leur relation amoureuse se dégrade.

LES FILLES DE RITA

de Nina Gaines
Film de fin d’études de l’école de cinéma de Luc Besson
Alors qu’elles ne se sont pas parlé depuis plusieurs années, Jeanne et Victoria se retrouvent pour vider la maison de leur mère récemment décédée.

ARLEQUIN MON GARS SÛR

de Nicolas Gallardo
Film de deuxième année de l’école Louis Lumière.
Deux jeunes, Farès et Clément, profitent de leurs vacances pour se rendre dans une base de loisirs et séduire des filles. Comme d’habitude, c’est Farès qui mène le jeu.

QUAND ÇA SE DISPERSE

de Julien Saez
Film de fin d’études de la Fémis.
Après une période d’incarcération dans le sud de la France, Jalal tente de se reconstruire isolé au milieu des siens.