Soutien

Fil des billets

mardi, juin 19 2018

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.

Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont maintenant encadrées, avec l’interdiction de toute collecte préalable sans consentement écrit, clair et explicite, sous peine de sanctions financières importantes.

 

Le compteur Linky est destiné au comptage de notre consommation d’électricité toutes les ½ heures alors que la Cnil avait initialement considéré qu’en dessous d’un pas de temps d’une heure, la vie privée serait atteinte. Avez-vous réellement été informé par Enedis (ex ERDF) du type d’informations collectées par le Linky, de leur niveau de détail, de l’utilisation qui en sera faite ? Oui ? Non ? 

 

Avant que la contestation ne soit trop forte, Enedis promouvait le compteur Linky en expliquant qu’il était capable de détecter les appareils en marche dans une maison. Même si l’entreprise ne cache plus ses ambitions de vouloir devenir une entreprise du big data, elle tient maintenant un discours plus réservé sur les capacités du compteur, afin de ne pas faire peur à la population. Enedis affirme respecter scrupuleusement les préconisations de la Cnil et le Linky semblerait seulement compter les électrons qui passent, comme les anciens compteurs.
Pour ce déploiement en masse de compteurs communicants, chaque citoyen aurait dû recevoir des informations claires et complètes. Hélas, les nouvelles technologies et les gains économiques qui en sont attendus par les entreprises du big data, piétinent les principes de protection de notre vie privée !

 

Lire la suite...

samedi, mai 12 2018

LES MARRONNIERS DE GAMBETTA

Le collectif  qui défend les 17 marronniers sains de la place Gambetta menacés d’abattage vous invite le Mercredi 16 MAI de 14h à 16h pour une animation « dessine-moi un marronnier » ouverte à tous : à vos crayons, pinceaux, brosses…
Tous les mardis de 18h à 19h  : permanence et câlins aux arbres sur la place (angle rue judaïque)

lesmarronniersdegambetta@gmail.com
FACEBOOK
PÉTITION

mercredi, avril 11 2018

Les Marronniers de Gambetta

Ne laissons pas couper pas les marronniers de la place Gambetta à Bordeaux !

(Ci-dessous le contenu de la pétition adressée à Monsieur le Maire de Bordeaux, Alain Juppé. Et si vous n’avez pas internet, vous pouvez recopier ce texte, le dater, le signer et l’adresser à Monsieur Alain Juppé, maire de Bordeaux, à la Mairie de Bordeaux. Au 11 mars 2018 : 4 373 signataires !)

 

18 arbres sur les 44 que compte la place, doivent être prochainement abattus pour aménager un nouveau jardin. Deux raisons sont évoquées pour couper ces arbres : ces arbres auraient été plantés après la création du jardin et constitueraient un détournement de sa conception paysagère d’origine… Ces arbres créeraient surtout un masque vis à vis des façades remarquables de la place (selon l’avis de l’architecte en chef des monuments historiques et celui des bâtiments de France) et les tuer offrirait une meilleure vue du patrimoine monumental.

 

Certains de ces marronniers ont plus de soixante ans et l’étude phytosanitaire réalisée indique que, malgré la présence de maladies, les arbres sont dans un bon état de santé. Nous savons que ces arbres seront bien évidemment remplacés. Mais rien ne compensera cette perte, tout au moins pas avant plusieurs années.
Couper des arbres anciens a pour conséquence non seulement de rejeter plus de CO2 dans l’atmosphère mais surtout d’éliminer des sujets performants pour la captation du dioxyde de carbone.
En effet, on sait aujourd’hui que plus un arbre est âgé plus il capte de CO2, principal gaz, responsable de l’effet de serre.
À Bordeaux, doit-on sacrifier notre patrimoine végétal au profit de notre patrimoine monumental ?
Vous-Même Monsieur le Maire aviez émis des doutes en déclarant lors du conseil municipal du 26 septembre 2017 : « Je vous assure qu’il faudra beaucoup de conviction pour me convaincre d’abattre des marronniers sains… on n’aime pas abattre les arbres à Bordeaux. »

 

Il est temps, Monsieur le Maire, de vous opposer à ce réaménagement qui ne tient pas compte du capital végétal de la place Gambetta. Monsieur le Maire, nous vous demandons donc de revenir sur ce projet et sur ces coupes d’arbres, patrimoine naturel de notre ville.

dimanche, avril 8 2018

Stop linky

Samedi 5 mai dans toute la France Rassemblement de tous les collectifs anti-linky !

Pour Bordeaux Métropole, à l’heure où nous bouclons cette gazette les membres du collectif Stop Bordeaux Métropole n’ont pas encore décidé du lieu et de l’horaire. Mais la date est bonne : c’est le Samedi 5 mai ! Soyez par conséquent attentifs à l’affichage dans le hall du ciné, aux annonces qui seront publiées dans la presse, papier et numérique, à l’info circulant sur les réseaux sociaux, la veille ou deux, trois jours avant. Et bien sûr n’hésitez pas à contacter le collectif de votre ville pour savoir et vous rapprocher de lui pour y participer ! 

 

À part ça, du nouveau dans l’évolution des actions anti-linky !

Nous assistons à une opposition croissante des citoyens contre les compteurs communiquants. Des procédures judiciaires sont actuellement engagées partout en France afin de stopper l’installation de ces compteurs. Le collectif Stop Linky de Bordeaux vous informe de toutes les possibilités qui s’offrent à vous actuellement. Il s’agit d’actions judiciaires collectives ou individuelles, mais c’est à vous, et vous seul, de décider quelle action correspond au mieux de vos intérêts.
Les actions collectives sont ouvertes à toutes personnes qui ont le compteur Linky déjà posé et ceux qui ne l’ont pas encore, souffrant de problèmes de santé ou pas (personnes électrohypersensibles, ou vivant avec un pacemaker, ou souffrant d’autres pathologies susceptibles d’être aggravées par les ondes éléctromagnétiques), locataire ou propriétaire, ayant déjà exprimé leur refus du Linky par courrier, et qui veulent défendre le respect de la vie privée (ex : collecte des données personnelles), leur santé ou leurs droits de consommateurs.

Lire la suite...

vendredi, mars 16 2018

VOUS AVEZ DES LIVRES À DONNER ?


LE LIVRE VERT, entreprise d’insertion bordelaise, récupère vos livres

Vous pouvez les déposer dans le bac installé dans le hall d’Utopia.
Les livres vendus, donnés ou recyclés permettent de créer des emplois en insertion en Gironde.
Pour en savoir plus : contact@lelivrevert.com

dimanche, mars 4 2018

Dépôt de plainte contre le Golf de Villenave d'Ornon auprès du Doyen des Juges par Villenave d'Ornon Oxygène

Pour déposer une plainte contre les aménageurs du Golf de Villenave auprès du Doyen des Juges de Bordeaux, nous avons besoin de vous !

Villenave-d’Ornon Oxygène est une association loi 1901 qui œuvre depuis plusieurs années à la défense de l’environnement des villenavais, plus largement des bordelais, et du milieu naturel en rive gauche de la Garonne, au Sud de Bordeaux.
En 2017, une plainte pour non respect des arrêté préfectoraux et destruction d’habitats et d’espèces protégées a été déposée par l’association, en partenariat avec la SEPANSO Gironde, contre l’aménageur du golf-immobilier du domaine de la plantation, à l’issue de nombreuses dénonciations du caractère dévastateur des travaux entrepris sur ce site Natura 2000, où vivaient auparavant l’Angélique des estuaires et le Vison d’Europe (mammifère particulièrement menacé de disparition).
La plainte que nous avions déposé a été classée sans suite, malgré la véracité des constats effectués sur place, et après des visites expresses de la Police de l’Eau et de la DREAL. Comme la Loi nous le permet, notre avocat a décidé de porter la plainte au niveau du doyen des juges d’instruction, qui peut à lui seul décider de l’instruction de notre plainte. 
Pour cela, il est nécessaire de  déposer une caution de 1000 €. Cette somme est très faible au regard de ce qui se pratique couramment. Cela signifie que le doyen des juges n’a pas souhaité fermer la porte à notre plainte et a tenu compte des capacités de notre association.  
Pour autant, Villenave-d’Ornon Oxygène seule ne peut assumer cette caution, il lui manque environ 750 €.

 

Lire la suite...

mardi, décembre 26 2017

Non au ball-trap en pleine nature !

 

PCA
 

PCA (Paysans et Consommateurs Associés)
Une livraison une fois par semaine chaque mercredi de 19h à 20h 
salle de la cheminée au cinéma, et une commande une fois par mois.

 

Solidarité avec le Collectif de Servanches, en Dordogne
Non au ball-trap en pleine nature !


Depuis plus d’un an des riverains se battent contre un ball-trap dans le Double, dont notre amie Thérèse, bergère de son état et productrice de PCA. Ils ont obtenu la fermeture provisoire de ce lieu pour non respect des normes, mais aujourd’hui Thérèse se retrouve mise en examen à l’issue d’une convocation devant un juge d’instruction, suite à une plainte pour diffamation déposée par Benjamin Tranchant, vice-président du groupe familial des casinos Tranchant, ayant ouvert dans la forêt de la Double un Shooting club. Un Shooting Club – à ne pas confondre avec une « salle de shoot », ou salle de consommation de drogue à moindre risque, qui a une indiscutable utilité sanitaire et sociale – est une invention de totale inutilité publique : un espace naturel privatisé à l’intention d’une poignée d’amateurs d’armes et de passionnés de la gâchette se livrant sans retenue au tir à répétition sur des assiettes en argile envoyées en l’air. Pool ! Suite à la mobilisation de nombreux autochtones défavorables au projet de se faire casser les oreilles à longueur de journée par les tirs incessants, mobilisation qui a abouti à la constitution d’un collectif d’opposants dont Thérèse est porte-parole, le club de tir est aujourd’hui provisoirement fermé par décision préfectorale. Le Tranchant, qui officie pourtant dans les casinos, n’est pas beau joueur : il attaque en justice, espérant sans doute intimider les Doublauds peu coutumiers de ce genre d’instances. 
Thérèse va gagner c’est sûr, mais il lui faut des sous (ses adversaires, classés parmi les 500 premières fortunes de France, n’ont pas de problème de ce côté-là) pour payer les frais de ses deux avocats. Vous trouverez ci-dessous le lien de la cagnotte participative, mais vous pouvez venir à PCA apporter votre chèque, nous les lui remettrons.

 

Solidarité avec le Collectif de Servanches
Site de Thérèse

lundi, décembre 18 2017

NOËL SOLIDAIRE

Place Camille Jullian, 28 décembre, 13h-21h

 

« La magie de Noël » pour tous, c’est surtout le partage!

Des milliers de personnes vivent dans la rue ou dans des squats en France. Environ 35 réfugiés (d’Afrique Subsaharienne et du Nord), 30 hommes et 5 femmes occupent un squat dans le centre de Bordeaux. Dans le froid, la pluie, la tempête, la faim, la peur, le dénuement…. C’est pourquoi, pour sa traditionnelle soirée de fin d’année, Mémoires & Partages vous propose une soirée de solidarité autour des migrants de Bordeaux et des musiques de Madagascar.

AU MENU DU NOEL SOLIDAIRE sur la Place Camille Jullian

Donc, nous faisons appel à vous pour un moment de partage avec eux. Sont bienvenus les dons de toutes sortes, l’aide technique (électricité, plomberie, etc)

13h – BUFFET DU NOEL SOLIDAIRE

Chacun apporte de quoi manger et on partage. En compagnie des réfugiés d’un squat de Bordeaux et de sans-abris.

15h – COLLECTE DE DONS

Habits (femmes et hommes toutes tailles ) – Draps – Chaussures (homme et femme allons du 40 au 44) – Couvertures – Gants – Chaussettes – Écharpes – Bonnet – Sac – Matelas – Perruques –
 

18h- SOIRÉE DE FIN ANNÉE au Cinéma Utopia

PROJECTION-RENCONTRES de « Songs of Madagascar »

Les six plus grands noms de la musique malgache s’unissent pour défendre les ressources naturelles de leur île, un voyage au cœur de la création musicale En compagne de César Paes, réalisateur. Animée par Karfa Diallo, directeur de Mémoires & Partages

 

LE NOËL SOLIDAIRE

Contact : Kiara Wilson

samedi, novembre 25 2017

Solidarité avec Jean-Jacques Rue

Collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas

 

Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint-Ouen l’Aumône. À Bordeaux, vous l’avez vu tout récemment avec sa casquette de chroniqueur cinéma à Siné Mensuel : il était aux côtés de Philippe Poutou pour la soirée autour du film Le Jeune Karl Marx. Avec son tempérament tout sauf tiède, ses coups de gueule et ses prises de paroles parfois excessives, il en agace certains mais sa passion, ses engagements et sa verve contribuent à la diversité et la richesse d’Utopia comme du mensuel du regretté Bob.


Jean-Jacques n’a jamais fait mystère de ses positions politiques très à gauche et notamment de son implication dans les mouvements antifascistes. Son ami franco-grec Yannis Youlountas, poète et cinéaste, est lui aussi passé par Utopia pour présenter Nous sommes tous des esclaves et Je lutte donc je suis. Et il est prévu qu’il revienne nous voir en Janvier ! Yannis et plusieurs de ses camarades se sont investis cet été dans la lutte contre le bateau « C Star », affrété par les militants identitaires d’extrême droite de Defend Europe, qui avait pour but d’ entraver le travail des bateaux de sauvetage venant en aide aux migrants en Méditerranée. Grâce à la mobilisation de Yannis et ses camarades grecs, tunisiens, maltais, italiens… le C Star a eu toutes les peines du monde à accomplir sa mission mortifère et à accoster où que ce soit. Et la croisière des militants identitaires s’est transformée bien heureusement en fiasco pathétique.


Rebondissement ubuesque : les membres du C Star, probablement enragés à cause de leurs déboires, poursuivent en justice Yannis et Jean-Jacques parce qu’ils ont eu à leur encontre des mots certes virulents sur les réseaux sociaux au mois d’août ; nos amis risquent de lourdes peines (près de 100 000 euros d’amendes et dommages et intérêts cumulés, voire prison ferme) pour avoir exercé trop vigoureusement leur liberté d’expression envers des gens qui usent sans vergogne de la manière forte pour défendre leurs idées rances !
Le procès se déroulera le 18 Décembre au Tribunal de Nice, tristement connu pour avoir condamné le paysan Cédric Herrou au chef de solidarité envers les migrants. Il est urgent de soutenir Jean-Jacques et Yannis en versant sa contribution, si modeste soit-elle, à la caisse de solidarité ouverte sur internet pour les aider à assumer les premiers frais de justice : POT COMMUN

 

Une condamnation lourde de nos deux amis serait un signal aussi fort que malheureux propre à refroidir la résistance plus que jamais nécessaires face aux mouvements d’extrême droite de plus en plus décomplexés.

mardi, juillet 11 2017

SOUTENEZ LA CONFÉDÉRATION PAYSANNE DE GIRONDE

CONFÉDÉRATION PAYSANNE DE GIRONDE

 

Depuis trente ans, La Confédération paysanne est engagée dans la défense des paysannes et des paysans et avec ses associations de développement, elle accompagne le monde agricole vers l’agriculture paysanne. Elle s’est engagée contre les OGM, et se bat pour une alimentation de qualité pour tous, rémunératrice pour les paysans. Elle les accompagne vers un système de production sans produits cancérigènes, mutagènes ni perturbateurs endocriniens. Au quotidien, ce sont une trentaine de bénévoles et deux salariées qui, chaque jour, défendent l’agriculture paysanne sur le territoire girondin et qui se battent pour accompagner les paysans dans son développement. Pour que leur action perdure, pour que les paysans, puissent continuer à nous offrir des produits de qualité, la Confédération paysanne Gironde nous offre la Cuvée rebelle des trente ans. Un vin produit à Bordeaux dans le respect du cahier des charges AB et Demeter.
La cuvée des trente ans est issue d’une production girondine cultivée selon le cahier des charges AB. Elle a été produite en biodynamie.

 

Pour les soutenir en buvant un coup, il vous suffit de télécharger le bon de commande sur leur site.
Le prix d’une bouteille est de 9€. Votre chèque est à renvoyer à l’ordre de la Confédération paysanne de Gironde au 8 Rue de la Course 33000 Bordeaux.

- page 1 de 14