Mot-clé - nucléaire

Fil des billets

vendredi, août 4 2017

Les vacances, ça sert aussi à ça : des Festivals pour s'informer, résister, agir

Du 11 au 13 Août, Festival Les Bure’lesques à BURE.

 

Festival organisé par un collectif d’habitants, de sympathisants et d’associations en soutien à la lutte contre Cigéo, le fameux projet de mégapoubelle nucléaire souterraine à Bure dont personne ne veut. 
Ça se passe à quelques kilomères de Bure, entre les communes de Couvert-puis et Biencourt. Buvette et restauration. Camping possible sur place ou dans la région. Infos détaillées : info@burefestival.org / www.burefestival.org
Dans la foulée : Journée de mobilisation le Mardi 15 Août

 

Informatif, festif et inventif, le festival est ouvert à tous, familles, amis, habitants d’ici ou de plus loin… et se veut un grand moment d’échanges, d’envies et de projets, de réflexions, de musiques et de spectacles, de pratiques militantes et de solidarités.

 

Lire la suite...

vendredi, avril 15 2016

Happy birthday Fukushima... Happy birthday Tchernobyl...

30 ans pour l’un, 5 ans pour l’autre et dans les deux cas, la catastrophe est toujours en cours,  les coûts induits ne cessent d’augmenter. Greenpeace parle de 1000 milliards pour Tchernobyl, on n’en est qu’au début pour Fukushima : trop tôt pour annoncer des chiffres de toute façon imprévisibles. La construction de l’arche enfermant le sarcophage de Tchernobyl ne sera terminée qu’en 2017 (108 m de haut, 270 m de long…) et pendant les travaux, la contamination continue et continuera encore longtemps longtemps après que le dernier poète contaminé ait disparu. Tchernobyl for ever : c’est un bouquin, un DVD qui racontent que le monstre atomique n’a pas fini de sévir (voir sites internet en fin de texte).

Lire la suite...

mardi, septembre 15 2015

Le Pape prêche pour notre paroisse

On aurait presque envie de se rappeler que ce petit cinoche a été une des premières églises de Bordeaux consacrée à un des phares de la pensée mystique (Siméon le stylite) en relayant avec jubilation la dernière encyclique du pape François, « Laudate si ». 

Ben oui, au milieu de la bouillie tiède des discours politiciens, à l’approche d’une COP 21 qui risque bien d’accoucher de mesurettes plus qu’insuffisantes, le pape François se montre d’une radicalité à laquelle ses prédécesseurs ne nous avaient pas habitués. Parce qu’il faut tout de même le savoir : une encyclique, c’est pas de la gnognotte, c’est l’autorité de l’Église qui est engagée dans un message auquel il faut prêter la plus grande attention sous peine de ne plus du tout avoir la cote avec l’Eternel barbu… D’ailleurs le pape l’envoie à tout le monde : du plus imposant cardinal au plus infidèle des mécréants et il n’y va pas de main morte, rappelant, sans mâcher ses mots, que l’homme s’est foutu dans un sacré merdier en salopant la planète comme un gros pourri qu’il est et qu’il a intérêt à faire fissa pour nettoyer cette petite boule pleine de couleurs, de forêts, de nuages, de rivières… dont Dieu lui avait confié la garde en espérant qu’il la transmette encore plus jolie à ses descendants alors que, tout au contraire, il l’a mise à feu et à sang, pourrissant les eaux, les cieux et la terre nourricière… Même que ça mérite bien les foudres de l’enfer. « Nous n’avons jamais autant maltraité ni fait de mal à la planète que depuis ces deux derniers siècles » et il nous invite, vivement, à changer de fond en comble notre façon de penser et nos comportements : « si nous ne parlons plus le langage de la fraternité et de la beauté dans notre relation avec le monde, nos attitudes seront celles du dominateur, du consommateur ou du pur exploiteur de ressources, incapable de fixer des limites à ses intérêts immédiats… » L’encyclique fait l’inventaire de tous les dégâts causés par l’homme : perte de la biodiversité, artificialisation des zones humides, dégradation des océans, cruauté envers les êtres vivants « contraire à la dignité humaine »… Et tout ça pour quoi ? Pour qu’une petite poignée se gave alors que le plus grand nombre survit ou crève, privé du minimum nécessaire à une vie décente.

Lire la suite...

samedi, mai 2 2015

Longtemps, longtemps, longtemps… après que les centrales aient disparu…

29 ans déjà… la catastrophe de Tchernobyl continue à produire ses effets. Plus de 100 000 morts, plus de 200 000 invalides, plus d’un million de personnes sans doute contaminées à travers le monde : l’Académie des Sciences de New York vient de publier un état des lieux, le plus complet qui ait été fait jusqu’à ce jour sur la question. Sur les 830 000 « liquidateurs » employés sur le site, plus de 125 000 sont déjà morts des suites de leur intervention et le chiffre continue à augmenter. Sans parler des mutations génétiques qui se produisent dans la région de Tchernobyl en particulier : cochons sans tête ni extrêmités, déformations monstrueuses… et les parents stressent en se demandant à quoi va ressembler leur descendance…
Depuis le 14 Février 2014, un accident nucléaire est en cours au centre de stockage profond de déchets radioactifs militaires et issus de la recherche au Nouveau Mexique. La radioactivité la plus terrible – plutonium, americium – s’est échappée et s’échappe encore. Le WIPP (Waste Isolation Pilot Plan) en cause, c’est comme le CIGEO à Bure, mais en plus gros et plus profond. Pour le coup on s’interroge du côté des USA : est-ce bien la solution d’enfouir les déchets ? Ne les surveille-t-on pas mieux en les stockant en surface ? Toujours cette lancinante question qui reste sans réponse : que faire des déchets ?
Quant à recycler les matériaux contaminés en les mélangeant avec d’autres… Depuis belle lurette une mobilisation a lieu pour empêcher l’ajout délibéré de substance radioactives dans les aliments, les biens de consommation, de construction… non sans succès, mais des propositions de dérogation font régulièrement surface pour que soient allégés les critères autorisant le recyclage.
Et on ne vous parlera pas de Fukushima pour ne pas vous plomber complètement le moral, mais il est clair que la dissémination radioactive se moque des frontières et même si les retombées sont plus faibles lorsqu’elles parviennent jusqu’en France, elles sont néanmoins bien réelles… La Criirad continue a donner d’excellentes informations sur la question et sur plein d’autres choses…

INFO NUCLÉAIRE
CRIIRAD
OBSERVATOIRE DU NUCLÉAIRE

mercredi, mars 4 2015

Areva accusé de corruption, l'Observatoire du nucléaire relaxé !

Ça s’est passé le 21 janvier et c’est une victoire formidable pour Stéphane Lhomme qui était poursuivi en diffamation par Areva qu’il avait accusé de corruption au Niger.
Vous n’êtes pas sans savoir que l’uranium est ce truc indispensable au fonctionnement de nos centrales nucléaires et qu’il nous vient en grande partie du Niger où Areva, creuse des mines en utilisant pour pas cher la main d’œuvre locale, en pourrissant les sols (on vous avait passé un documentaire édifiant sur Arlit)… Depuis deux ans, il y avait bras de fer entre Areva et le Niger, le gouvernement de ce dernier estimait que leur formidable richesse était largement sous-payée… le 26 mai 2014 Areva et le Président tombaient enfin d’accord…
C’est dans ce contexte que le 11 décembre 2012 l’Observatoire du nucléaire fait état d’une contribution d’Areva au budget national nigérien d’environ 26 millions d’euros, dont 15 millions auraient été directement affectés à l’acquisition d’un nouvel avions pour le président Mahamadou Issoufou (ancien cadre d’Areva). Dénonçant ainsi une manœuvre de corruption contestée par Areva… et voilà notre Stéphane, condamné en première instance (le 7 février 2014) devant le tribunal correctionnel de Paris à 1000 euros d’amende avec obligation de retirer les propos litigieux du site internet de l’Observatoire du nucléaire.
Bien entendu, l’Observatoire avait fait appel et en novembre Stéphane comparaissait à nouveau. Entre temps, le 10 septembre 2014, la question est posée à l’Assemblée nationale de la corruption des entreprises françaises. Pascal Terrasse, député PS parle alors d’Areva : « les responsables politiques, notamment africains, font monter le prix des autorisations. C’est ainsi qu’Areva a dû acheter au président de la République nigérienne un avion de 32 millions d’euros il y a 15 jours »…
La cour d’appel de Paris a relaxé l’Observatoire le 21 janvier… Dans une prochaine gazette : Stéphane Lhomme viendra parler de l’Observatoire du nucléaire. En attendant on vous rappelle qu’un procès, ça coûte cher et qu’un soutien financier ne lui serait pas inutile !
Observatoire du nucléaire

vendredi, avril 4 2014

Fukushima, Brennilis, Bure, Tchernobyl...

Fukushima, mon amour…

Ben on ne peut pas dire que ça s’arrange ! Même que Akira Ono, le directeur de la centrale de Fukushima, avoue ne plus savoir par quel bout prendre les choses : 435 000 m3 d’eau contaminée sont actuellement stockés dans plus d’un millier de gigantesques réservoirs montés à la hâte dans le complexe atomique et on a beau en installer 30 à 40 nouveaux chaque mois, il est de plus en plus difficile de suivre le rythme du flux continu de liquide souillé provenant des sous-sols du site et des arrosages permanents des réacteurs ravagés… Aux dernières nouvelles, depuis le 18 mars, le système de décontamination de l’eau est arrêté pour cause de perte d’efficacité, personne ne sait à ce jour dire pourquoi. Ce système ALPS, qui est supposé faire baisser la radioactivité avant de rejeter l’eau en grande partie « dépolluée » dans l’Océan Pacifique… a des ratés : la communauté internationale s’inquiète et TEPCO patauge…


Lire la suite...

vendredi, février 28 2014

Manifestation : Le bruit de Fukushima

Mardi 11 mars 2014 - Départ 18h30
au pied de la tour Pey-Berland
(Bordeaux, tram Hôtel de ville)
Venez svp avec des casseroles, des sifflets, des sirènes, des tambours… !

Depuis le 11 mars 2011 se déroule au Japon une des pires catastrophes industrielles de l’histoire humaine : quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima sont en perdition, trois d’entre eux sont en fusion et doivent être refroidis continuellement, les piscines de stockage du combustible nucléaire menacent de s’effondrer, ce qui démultiplierait le désastre. Des centaines de milliers de Japonais ont été et sont encore contaminés à des degrés divers, avec la perspective de développer sous peu des cancers. Les terres, l’océan Pacifique, la chaîne alimentaire sont gravement contaminés. Les enfants vont à l’école avec des dosimètres pour mesurer leur taux d’irradiation quotidien.

Lire la suite...

jeudi, janvier 30 2014

Areva contre l'Observatoire du nucléaire

C’était le 20 décembre, devant le Palais de Justice à Paris, la Compagnie Jolie Môme nous a régalé  de quelques chansons, une joyeuse bande de militants, partis pour certains de Bordeaux avant l’aurore, avaient fait tout exprès le voyage pour témoigner de leur soutien à Stéphane Lhomme…
Devant la 17e chambre correctionnelle : Areva, leader mondial du nucléaire, présent dans 100 pays… contre Stéphane unique salarié de l’Observatoire du Nucléaire (à peine plus que le SMIC) accusé d’avoir écorné l’image du groupe pour avoir écrit que les 26 millions d’euros versés par Areva au Niger et destinés en partie à l’achat d’un avion présidentiel représentaient « une manœuvre de corruption, probablement sur le plan légal et assurément sur le plan moral, d’Areva qui entend ainsi perpétuer sa mainmise sur les réserves d’uranium du Niger »…
Maître Emmanuel Riglaire (qui a plaidé gracieusement) fut particulièrement brillant et le verdict sera rendu le 7 février 2014…
En attendant rendez-vous sur le site de l’observatoire du nucléaire pour les dernières nouvelles sur le front de l’atome.
Vous pouvez contribuer aussi de votre obole, car un procès… ça coûte cher !

Observatoire du nucléaire

lundi, décembre 16 2013

Procès d'Areva contre L'Observatoire du nucléaire

Le combat du siècle est fixé au Vendredi 20 Décembre, 13h30 au Tribunal de grande instance de Paris (4 bld du Palais-métro Cité). Un rassemblement a lieu devant le Tribunal à partir de 12h30 animé par la Compagnie Jolie môme. Areva y’avoir du sport… Dossier complet : OBSERVATOIRE DU NUCLÉAIRE

jeudi, septembre 12 2013

Connaissez-vous l’Observatoire du nucléaire ?

Cet organisme est animé par notre ami Stéphane Lhomme, fin connaisseur de la question du nucléaire. Sur le site web Observatoire du nucléaire, vous pouvez vous inscrire pour recevoir une revue de presse hebdomadaire, qui épingle d’ailleurs presque autant les médias que le lobby de l’atome.
Preuve de la pertinence de cette activité, Areva (le géant de l’atome) attaque en justice Stéphane et son Observatoire pour une prétendue diffamation à propos des méthodes pour le moins curieuses d’Areva au Niger. Le procès est fixé au 20 décembre prochain au Tribunal de Paris. D’ici là, vous pouvez éplucher les nombreuses informations divulguées par l’Observatoire du nucléaire…

- page 1 de 3