LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Collectif 23h59 : voyons, réfléchissons…
Ah qu’il est plaisant de cheminer dans le passage Urbain V, à l’heure où fleurit la campagne, en journée quand les enfants s’ébattent dans le jardin, au crépuscule quand les humeurs chromatiques du temps nimbent la majesté du Palais… Nous avons failli être privés de cette jouissance simple et magnif...

L’association 100 pour 1
L’association éberge des familles sans papiers sur Avignon et Carpentras et organise tout au long de l’année des événements pour parvenir à financer le logement et l’accompagnement des familles qui sont prises en charge. Une tombola est actuellement organisée (2€ le billet) avec de nombreux...

123 Soleil : 8 MARS 2020, RÉALISEZ !
C’est la nouvelle date de 123 Soleil pour un tournage qui réunira 6 spectateurs d’Utopia et 6 jeunes réfugiés dans un lieu encore tenu secret sur Avignon. Une journée entière dédiée à la pratique cinématographique sans limite d’âge ni de langage, mais un casting 100% féminin du côté des spectateu...

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

Projection unique le jeudi 18 juillet à 11h, suivie d’une rencontre animée par Oriane Jeancourt Galignani rédactrice en chef de la revue Transfuge.

RETOUR À ITHAQUE

Laurent CANTET - France/Cuba 2013 1h35 VOSTF - avec Isabel Santos, Jorge Perugorria, Fernando Hechavarria, Nestor Jimenez, Pedro Julio Diaz Ferran... Scénario de Leonardo Padura et Laurent Cantet, avec la collaboration de Lucia Lopez Coll.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

RETOUR À ITHAQUEQue vous connaissiez en détail Cuba ou que vous en ignoriez presque tout, Retour à Ithaque vous fait pénétrer au plus profond des entrailles de la Havane, de ses histoires, de son Histoire. Nous voilà loin du folklore, des clichés dont pourrait être friand le touriste. C’est non seulement avec vos yeux, vos oreilles et votre cerveau que vous allez vivre cette ville mais vous allez la goûter aussi avec tous vos sens. Ressentir sa respiration, ses pulsations, ses odeurs, presque – oserai-je ? – son âme.
Cette ambiance si particulière des terrasses qui la surplombent, la vie qui bruisse ou trépigne au dessous, Amadeo n’a jamais pu les oublier. Seize ans d’exil en Europe n’ont pas suffit à lui ôter le goût de sa patrie. C’est sur une terrasse au couchant qu’Amadeo retrouve ses quatre grands amis de jeunesse : Tania, Eddy, Rafa, Aldo… désormais quinquagénaires. Et peu à peu, au fil des chamailleries, des souvenirs cocasses et drôles, ils rembobinent le fil de leur passé, leurs engagements, leurs rêves, leurs rancœurs, leurs désillusions… qui sont aussi ceux de tout un pays. L’analyse, qui passe tour à tour du collectif à l’individuel, voire à l’intime, est caustique. Les questions essentielles, universelles, planent au dessus de la petite République de Cuba comme sur toutes les autres, comme elles devaient planer sur Ithaque lors du retour d’Ulysse.

Et le titre énigmatique s’éclaire alors, pertinent. Le retour de l’exilé est-il celui vers une terre promise, vers ce qui ne sera plus, un mythe ou encore un retour sur lui-même ? Si tous accueillent Amadeo à bras ouverts, ils lui en veulent aussi car, avec lui, vient le temps des bilans où chacun se retourne sur son parcours, fait le deuil de l’innocence et de la candeur de la jeunesse à tout jamais perdues. Cela les rends si attachants, si proches de nous, qu’on a l’impression de faire partie de leur cercle intime.