LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance de midi : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Collectif 23h59 : voyons, réfléchissons…
Ah qu’il est plaisant de cheminer dans le passage Urbain V, à l’heure où fleurit la campagne, en journée quand les enfants s’ébattent dans le jardin, au crépuscule quand les humeurs chromatiques du temps nimbent la majesté du Palais… Nous avons failli être privés de cette jouissance simple et magnif...

L’association 100 pour 1
L’association éberge des familles sans papiers sur Avignon et Carpentras et organise tout au long de l’année des événements pour parvenir à financer le logement et l’accompagnement des familles qui sont prises en charge. Une tombola est actuellement organisée (2€ le billet) avec de nombreux...

123 Soleil : 8 MARS 2020, RÉALISEZ !
C’est la nouvelle date de 123 Soleil pour un tournage qui réunira 6 spectateurs d’Utopia et 6 jeunes réfugiés dans un lieu encore tenu secret sur Avignon. Une journée entière dédiée à la pratique cinématographique sans limite d’âge ni de langage, mais un casting 100% féminin du côté des spectateu...

23H59, et après ?
23H59, et après ? Qui n’a pas ressenti cette angoisse profonde face à l’horloge affichant cette heure terrible chaque jour renouvelée ? Qui n’a pas été saisi à la fois par la peur de ce qui risque de se passer après et par la nostalgie d’un temps qui s’achève à ce moment précis et ne reviendra j...

Le cinéma du peuple
“La plus grande qualité accessible pour tous, sans clivage social et culturel… Ce sera notre combat”. (Jean Vilar)   Ainsi donc le cinéma indépendant, le cinéma d’auteur serait « élitiste »… c’est en tout cas ce que déclarait, semble-t-il, une sociologue devant un amphi de 300 élèves ...

Projection unique le vendredi 12 juillet à 11h, suivie d’une rencontre avec la réalisatrice Aurélie Charon et Amir Hassan, protagoniste du film.
La rencontre sera suivie d’une dédicace d’Aurélie Charon sur son ouvrage "C’était pas mieux avant, ce sera mieux après"(éditions Iconoclaste).

LA BANDE DES FRANÇAIS

Amélie BONNIN et Aurélie CHARON - documentaire France 2017 52mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA BANDE DES FRANÇAISÀ Châteauroux dans le centre de la France, quatre jeunes Français se rencontrent et racontent, partagent, quatre histoires, quatre chemins de vie, quatre projets.

Heddy a commencé la boxe à 15 ans. Originaire des quartiers Nord de Marseille, pas toujours en accord avec son père, il s’est battu pour se construire une vie qui lui ressemble, et ça n’a pas toujours été facile. Un jour il découvre alors le théâtre et depuis, il n’en démord pas…
Née en Algérie, Sophia arrive en France à l’âge de sept ans. Son père instituteur a fui des menaces de mort pendant la décennie noire en Algérie. Très touchée par les mots de Marine Le Pen qui avait qualifié les français d’origine étrangère de « Français de fabrication », elle s’engage en politique et écrit… Une Française de fabrication !
Amir a grandi à Gaza et est arrivé en France à 22 ans. Il s’étonne du peu de place que la société fait à la jeunesse, qui ne se rend pas compte qu’elle a un rôle à jouer, qu’elle peut être influente, qu’il n’y a pas besoin d’attendre d’avoir 40 ans pour avoir du pouvoir. Lorsqu’il vivait à Gaza, Amir rêvait de la France. Aujourd’hui, il a réalisé son rêve et reste étonné par la jeunesse française.
La ville, pour Martin, est un lieu de passage. Il a grandi à la campagne, dans un village du Pas-de-Calais, dans une famille d’agriculteurs. Grâce à une bourse il étudie la solidarité internationale, et réfléchit à une nouvelle agriculture possible.

À travers ce documentaire, les deux réalisatrices, qui ont grandi à Châteauroux, montrent le visage pluriel de la jeunesse hexagonale, teintée d’expériences intimes et collectives, de paroles libérées et spontanées ; une jeunesse à qui l’on martèle sans cesse que le chemin va être semé d’embûches, qu’il n’y a pas de travail et ce film montre comment ces quatre jeunes se sont créés une place, là où on leur disait qu’il n’y en avait pas.