Adieu 2010...

Assange-Pop-2.jpgVoici donc, comme chaque année, l’occasion pour nous de vous souhaiter le meilleur pour l’année qui commence… Une année que l’on vous souhaite pleine de belles et bonnes choses, de grands évenements comme de petits bonheurs, et riche en découvertes cinématographiques, évidemment… Et puis une année qu’on espère aussi, pour emboîter le pas à notre camarade Stéphane Hessel, abondante en saines et collectives « indignations », envisagées par l’ancien membre du Conseil National de la Résistance comme les prémices d’une insurrection pacifique, qui risque fort d’être nécessaire, voire salutaire, me semble-t-il…

Mais cette transition d’une année à l’autre est également l’occasion de faire une sorte de bilan de l’année écoulée en revenant sur les évenements qui nous ont le plus marqué… Et pour nous, ce sera donc revenir sur les films qui nous ont le plus touché… Il me semble pour le coup bien inutile de vous lister tous les “grands” films qui ont jalonné cette année (assez riche il faut l’avouer), vous trouverez tous ces titres, souvent les mêmes, dans toute la presse “spécialisée” et vous aurez même l’occasion de les revoir pour le Festival Telerama fin Janvier. Alors, cette année, j’ai bien plus envie de remettre en lumière des films plus “petits”, en tous cas moins évidents, et donc forcément moins médiatisés, mais dont le souvenir n’en reste pas moins pour ceux qui les ont vu celui d’une belle expérience de cinéma… Et je suis sûr qu’autant parmi mes collègues que parmi nos spectateurs, nous avons tous en tête un de ces films, absents des classements des « meilleurs films de l’année », mais qui ont été pour chacun de nous un vrai coup de cœur. Je vais donc vous citer le mien, et j’espère bien que vous ferez de même, ce serait une bien belle occasion de parler de nouveau de ces films dont on parle peu, et pourquoi pas d’amener de nouveaux spectateurs à les découvrir…

Adieu FalkenbergLe film dont j’ai envie de vous parler ici est un film Suédois, sorti en Mai dans nos salles de Toulouse.

Adieu Falkenberg, c’est son titre, suit cinq amis d’enfance le temps d’un été en apparence anodin, qui sera en fait celui de la fin d’une époque, celui où chacun d’entre eux devra faire des choix, celui où ils se rendront compte qu’ils ne peuvent plus vivre cette vie insouciante comme ils le faisaient jusqu’alors. Ce dernier été à Falkenberg est celui du passage de l’enfance à l’âge adulte, quand le groupe se délite peu à peu, et où chacun se doit de partir de son côté…

Pour nous conter ce moment si particulier, et si difficile à saisir, Jesper Ganslandt, jeune réalisateur, a choisi de tourner dans sa ville natale avec ses propres amis d’enfance. Le film est donc autant un témoignage autobiographique qu’une vision sublimée de cette inéluctable transition. Au réalisme des situations et des relations entre ces cinq amis répondent des échappées oniriques traduisant l’infinie nostalgie qui s’empare d’eux. Porté par des images magnifiques de cette bourgade de bord de mer baignée de soleil, et par une musique envoûtante, Adieu Falkenberg est un film débordant d’émotion, mélancolique et lumineux…

« On prétend qu’il faut toujours regarder de l’avant. Anticiper. Moi je continue de songer au passé. Je garde l’image des enfants que nous étions. À l’intérieur je n’ai pas changé. C’était la dernière chance de capturer cela avant que ça n’ait disparu. Je ne voulais pas attendre qu’on soit vieux pour faire un film. Nous nous sommes dit qu’on pouvait tout aussi bien le faire maintenant. Avec les authentiques protagonistes, au lieu d’acteurs se faisant passer pour de vrais gens. Je veux contempler la vie de tous les jours, pas une version enjolivée par les artifices habituels au cinéma. » Jesper GANSLANDT

En espérant que ces quelques mots vous auront donné envie de découvrir ce film, et en espérant aussi que cela vous aura donné envie de partager vos coups de coeur de l’année…


PS : et j’en profite pour vous signaler que mon coup de coeur de l’année 2009, “Samson & Delilah” de l’Australien Warwick Thornton, est sorti en DVD courant Décembre (nous essayons également de l’avoir en Vidéo En Poche, mais rien de sûr pour l’instant)Une belle occasion de le (re)découvrir…

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet